Coronavirus : Confinement, vaccination… Que faut-il retenir des annonces de Jean Castex et d’Olivier Véran ?

EPIDEMIE Le Premier ministre et le ministre de la Santé ont tenu une conférence de presse ce jeudi pour détailler leur nouveau plan de bataille face au Covid-19

Delphine Bancaud
— 
Coronavirus : Un reconfinement pour 16 départements dont ceux de l’Ile-de-France — 20 Minutes
  • Jean Castex et Olivier Véran ont annoncé de nouvelles restrictions lors d’une conférence de presse ce jeudi, alors que la situation sanitaire se dégrade.
  • Un nouveau confinement a notamment été décidé dans les huit départements de l’Ile-de-France, les cinq des Hauts-de-France, ainsi que dans les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l’Eure.

Fin du suspense. L’exécutif a annoncé ce jeudi de nouvelles restrictions pour tenter de freiner la « troisième vague » de l’épidémie du  Covid-19, qui va « taper très dur » jusqu’à la mi-avril, selon Emmanuel Macron.

Elles concernent d’abord l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, deux régions particulièrement touchées par la nette accélération de la circulation du virus en France. Mais d’autres départements vont aussi subir des restrictions. 20 Minutes vous récapitule ce qu’il faut retenir.

L’épidémie s’emballe

« La progression de l’épidémie s’accélère », a déploré le Premier ministre. « Cette reprise s’apparente à une troisième vague, alors que nous approchons les 100.000 morts », a-t-il poursuivi. Une aggravation due à l’arrivée du variant britannique, « qui représente les trois quarts des contaminations », qui est plus contagieux et plus virulent. La France a ainsi enregistré jeudi près de 35.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures. Après une très légère baisse des patients Covid en réanimation mercredi, la pression sur ces services est repartie à la hausse, avec 4.246 malades contre 4.219 la veille, un nouveau plus haut depuis fin novembre. « Une personne toutes les quatre minutes » arrive en réanimation, a déclaré Jean Castex.

Plusieurs régions inquiètent particulièrement le gouvernement, notamment l’Ile-de-France, où « l’incidence est de 446 pour 100.000 habitants. La pression hospitalière est très forte, avec plus de 1.200 personnes admises en réanimation ». Autre point noir : les Hauts de France, « où le taux d’incidence est à 381 et devrait rapidement dépasser 400 ». Idem pour la Seine-Maritime et l’Eure, où les capacités de réanimation sont presque saturées.

Un confinement total pour 16 départements, dont ceux d’Ile-de-France et des Hauts-de-France

Le Premier ministre a annoncé un confinement 7 jours sur 7 dans 16 départements à partir de ce vendredi minuit et pour quatre semaines. Il s’agit des huit départements d’Ile-de-France (Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise), des cinq départements des Hauts-de-France (l’Aisne, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, la Somme), ainsi que des Alpes-Maritimes, de la Seine-Maritime et de l’EureMais il ne s’agira pas d’un confinement comme en mars 2020. Les écoles et collèges resteront ouverts. Les lycées basculeront tous en « demi-jauge », a annoncé le Premier ministre. L’éducation physique et sportive, sur le temps scolaire, « pourra reprendre normalement », a déclaré Jean Castex. Les commerces de première nécessité resteront ouverts, avec les librairies et disquaires en plus. Mais les rayons dits non-essentiels des supermarchés seront fermés. Pour les lieux de culte, les règles actuelles vont être maintenues.

Les déplacements hors du domicile seront encadrés selon des règles plus souples. « Il sera possible de se promener, de s’aérer ou de faire du sport, en journée, sans aucune limitation de durée, mais avec une attestation et à la condition de rester dans un rayon limité à 10 kilomètres autour de chez soi », a prévenu Jean Castex. Mais en extérieur donc, pas pour aller chez des amis. Le couvre-feu sera maintenu, mais passe de 18h à 19h dans l’ensemble du pays, notamment pour tenir compte du passage à l’heure d’été, qui sera effectif dans le nuit du samedi 27 au dimanche 28 mars. Les déplacements interrégionaux sont interdits pour les personnes des 16 départements reconfinés, « sauf motifs impérieux ou professionnels ».

« Ces mesures pourront être étendues à d’autres parties du territoire et sont appliquées pour le moment au moins pour quatre semaines », a prévenu Jean Castex. Pour les justifier, Jean Castex a expliqué que « le confinement le week-end est insuffisant pour casser la dynamique de l’épidémie ».

Le télétravail encore plus incité

« Toutes les entreprises et les administrations doivent pousser au maximum le télétravail », a déclaré le Premier ministre. Les salariés devront travailler chez eux quatre jours par semaine, mais pourront quand même venir un jour dans les locaux. Estimant que « le moment des repas sur les lieux de travail » est particulièrement à risque, le Premier ministre a également demandé la mise en place « d’ici au début de la semaine prochaine » d’un « protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises ».

La relance de la vaccination AstraZeneca

Après le (nouveau) feu vert donné ce jeudi par l’Agence européenne des médicaments au vaccin AstraZeneca, Jean Castex a annoncé la reprise des vaccinations avec ce sérum, suspendues lundi. Il a évoqué « les effets secondaires extrêmement rares » dudit vaccin et souligné « l’efficacité démontrée du vaccin AstraZeneca ». La Haute Autorité de santé (Has) actualisera sa recommandation pour reprendre la vaccination ce vendredi. « On reprendra la campagne dès demain après-midi », a prévu Jean Castex, qui a confirmé qu’il se ferait lui-même vacciner avec l’AstraZeneca. Et d’ajouter : « Pas question de perdre des doses », si certains les refusent, elles seront réallouées à d’autres.

Un calendrier plus précis pour la vaccination de masse

Les vaccinations ont continué de progresser, en dépit de la suspension du vaccin AstraZeneca cette semaine. Au total, 5.748.698 personnes ont reçu au moins une injection, et 2.393.568 ont eu leurs deux doses, selon la Direction générale de la Santé. « Nous avons quasiment vacciné tous les résidants des Ehpad, qui représentent 1 % de la population », s’est félicité Jean Castex.

La vaccination des personnes de plus de 65 ans sera ouverte à partir de la mi-avril. Jean Castex a aussi rappelé l’objectif de la France de vacciner 10 millions de personnes mi-avril, 20 millions mi-mai et 30 millions d’ici l’été.