Vaccins : Le maire de Marseille demande à Emmanuel Macron de « tordre le bras » aux laboratoires

CORONAVIRUS Le maire de Marseille dénonce la protection des brevets et les bénéfices des laboratoires

20 Minutes avec AFP

— 

Benoît Payan est maire de Marseille depuis décembre 2020
Benoît Payan est maire de Marseille depuis décembre 2020 — Alain Robert / Sipa

Dans un entretien paru ce dimanche dans le JDD, le maire socialiste de Marseille, Benoît Payan, demande à Emmanuel Macron de « mettre le paquet » pour chercher des vaccins anti-Covid et de « tordre le bras » des laboratoires qui feraient de la rétention.

« Je demande au chef de l’Etat de mettre le paquet pour aller en chercher. Il doit tordre le bras des laboratoires. Face à la pandémie mondiale, la protection des brevets et de leurs bénéfices ne m’intéresse pas. Si les laboratoires font de la rétention de vaccins, le président de la République doit aller au combat », a martelé l’édile.

Renoncer « à la propriété intellectuelle sur les brevets »

La vaccination reste toujours l’espoir de sortir d’une crise qui a fait plus de 81.000 morts en France. Mais le chemin est encore long : quelque trois millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin, dont 1,561 million deux doses.

Le patron de l’Organisation mondial de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a réclamé vendredi des mesures concrètes pour augmenter drastiquement la production dans le monde de vaccins contre le Covid-19, au-delà de l’appel du Conseil de sécurité à un accès équitable. Il a notamment proposé « un renoncement » par les labos « à la propriété intellectuelle sur les brevets », une idée combattue par l’industrie pharmaceutique appuyée par l’Union européenne, les Etats-Unis et d’autres pays riches.

Le stade Vélodrome transformé en centre de vaccination ?

« Ce qui m’intéresse, c’est l’efficacité », a plaidé Benoît Payan. « Aujourd’hui, nous vaccinons environ 3.000 personnes par semaine. Un peu moins de 30 % des 80.000 Marseillais de plus de 75 ans ont été vaccinés et 40 % des plus de 80 ans. Or, le taux d’incidence baisse nettement chez les plus de 80 ans. Ça veut dire que la vaccination fonctionne », souligne le maire de Marseille qui parle d’un « moment charnière ».

« Je suis prêt à ouvrir le Stade-Vélodrome dans les prochains jours et à vacciner 10.000 personnes par semaine sans rendez-vous. Je veux le faire. Envoyez des vaccins ! », lance l’élu selon qui il faut concentrer les doses de vaccins disponibles « là où c’est nécessaire ». Le maire de Marseille estime que « le couvre-feu à 18 heures ne donne pas de résultat » et n’est « pas sûr qu’un confinement le week-end ait un impact ». Quant à l’idée d’un confinement strict pendant trois semaines évoqué par la maire de Paris Anne Hidalgo, « cela ne permettrait pas d’éradiquer le virus. Seule l’immunité collective le peut », dit-il.