Coronavirus : Emmanuel Macron se donne de 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les contraintes

PANDEMIE Avec 24.000 nouveaux cas confirmés vendredi, la situation reste préoccupante

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 12  février 2021.
Emmanuel Macron le 12 février 2021. — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

Relâcher la pression ou resserrer les contraintes ? L’Elysée se donne 8 à 10 jours pour en décider face à l’épidémie de Covid-19, tandis que l’exécutif insiste sur la discipline collective. Cette nouvelle échéance a été évoquée lors d’une vidéo-conférence avec des parlementaires de la majorité, et rapportée à l’AFP par des participants.

L’Elysée n’a pas confirmé, mais l’exécutif surveille de très près l’évolution de l’épidémie de Covid-19, en particulier la montée des variants plus contagieux, pour voir s’il peut éviter des mesures plus strictes comme un reconfinement, toujours prôné par une partie des scientifiques. Dans ce contexte, le premier ministre Jean Castex, en visite à Bordeaux, a appelé à nouveau à la responsabilité : « L’heure n’est pas au relâchement. On a réussi à éviter le reconfinement, mais c’est très fragile. Il faut qu’on continue à être très disciplinés, solidaires, et confiants », a-t-il déclaré lors d’une rencontre avec des lecteurs de Sud Ouest.

Pour faire face aux risques posés par les nouveaux variants, la période d’isolement est passée de sept à dix jours pour les personnes contaminées. Leur progression inquiète dans plusieurs régions, comme en Moselle, autour de Dunkerque (Nord), ou à La Réunion, pour laquelle le gouvernement a annoncé des moyens et mesures de restrictions renforcés.

3.300 patients en réanimation

De son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a estimé vendredi sur France 2 « important » que le couvre-feu à 18H00 « continue d’être respecté », car il « a permis de stabiliser la situation sanitaire ». Stabilisation certes, mais à un niveau encore très haut, avec plus de 24.000 nouveaux cas confirmés dans les dernières 24 heures et une tension toujours forte sur les hôpitaux (plus de 25.000 patients hospitalisés dont plus de 3.300 en réanimation).

Pendant ce temps, la campagne de vaccination, principal espoir d’un retour à une vie normale, se poursuit. Après un démarrage très critiqué fin décembre, la France a passé jeudi la barre du million de personnes ayant reçu deux doses et donc pleinement vaccinées contre le Covid-19. Près de 2,5 millions personnes ont reçu au moins une dose.