Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo a « très peur » de l’issue d’un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

ELECTION La maire PS de Paris n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature 

20 Minutes avec AFP

— 

Anne Hidalgo.
Anne Hidalgo. — NICOLAS MESSYASZ/

En déplacement à Nancy pour la première étape du tour de France qu’elle entend mener pour « prendre part » à la campagne présidentielle, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a dit ce vendredi avoir « très peur de l’issue » d’un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen en 2022.

L’élue a rencontré, avec le maire PS de Nancy Mathieu Klein, des soignants à l’hôpital de la ville, avant un échange avec les étudiants fragilisés par la crise sanitaire, posant ses jalons en vue d’une éventuelle candidature à la sortie de l’été.

« Une autre option que le duel qu’on nous annonce »

« Je veux prendre ma part, il ne s’agit pas d’une déclaration de candidature », a-t-elle déclaré lors d’un point presse à l’hôtel de ville de Nancy. « Je savais qu’en étant réélue » maire de Paris en 2020, « il y aurait sans doute quelque chose à faire, de l’ordre de prendre la parole, essayer de rassembler des femmes et des hommes qui ont envie d’une autre option que le duel qu’on nous annonce. »

Les deux-tiers des Français jugent probable un duel Macron-Le Pen en 2022 mais ne le souhaitent pas, selon un sondage Ifop pour Le Figaro publié il y a dix jours. « J’ai très peur de l’issue de ce duel et je n’ai pas du tout envie que notre pays connaisse le chaos qu’il connaîtrait si l’extrême droite arrivait au pouvoir », a affirmé Anne Hidalgo.

Près de 16 % des intentions de vote

« Je ne veux pas de ça et je pense que la meilleure façon de l’éviter, c’est de faire en sorte que le débat démocratique puisse se faire respectueusement. Et ce temps de débats, il faut qu’il ait lieu avec les Français, partout sur le territoire », a-t-elle ajouté pour justifier ses futurs déplacements en province.

« Ma place, ma modeste place est d’aller rencontrer, discuter avec les élus, les associations, les organisations syndicales pour construire ensemble. Ce tour de France est une façon aussi d’aller mettre en lumière les choses extraordinaires qui sont faites partout » pendant la crise sanitaire, a insisté l’élue. Anne Hidalgo, qui obtiendrait 16 % des voix au premier tour si elle était soutenue par les écologistes, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria pour L’Obs et France Info, prépare notamment un déplacement à Bordeaux, grosse prise des Verts aux dernières municipales.