Coronavirus : Quatre nouveaux membres au Conseil scientifique, dont un vétérinaire

EPIDEMIE Ils sont désormais 17 à former le Conseil scientifique, l’instance qui conseille le gouvernement dans la gestion de l’épidémie de coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique
Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique — JOEL SAGET / AFP

Le Conseil scientifique, chargé de guider le gouvernement pendant la pandémie de coronavirus, a été rejoint par quatre nouveaux membres, dont un vétérinaire de formation et une spécialiste des maladies psychiatriques, selon un décret paru au Journal officiel, ce mercredi.

Dix-sept personnes composent désormais cette instance spécialement créée en mars 2020, a indiqué son président, l’immunologue Jean-François Delfraissy, lors d’une conférence de presse en ligne.

L’entrée d’une pédopsychiatre, « un message très fort »

Ces nouveaux membres sont Angèle Consoli, pédopsychiatre à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, Thierry Lefrançois, vétérinaire de formation et chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) de Montpellier, Catherine Chirouze, infectiologue au CHU de Besançon et Olivier Guérin, chef du pôle gériatrie du CHU de Nice et président de la Société française de gériatrie.

L’entrée d’une pédopsychiatre dans cette instance est « un message très fort qui montre l’intérêt majeur porté (…) à tous ceux, éprouvés psychologiquement par cette pandémie qui dure », a estimé la Dr Consoli, lors de cette même conférence de presse. De son côté, le Dr Lefrançois a jugé important d'« associer le secteur de la santé humaine, animale, et de l’environnement » pour lutter contre la pandémie.

« Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas dans médias que nous ne travaillons pas »

Par ailleurs, le Conseil scientifique a indiqué qu’il avait communiqué trois avis au gouvernement depuis la publication du dernier en date, le 19 janvier. Le gouvernement « les rendra publics quand il le souhaitera », a indiqué le Pr Delfraissy. Le délai entre la transmission de ces avis au gouvernement et leur publication sur le site Internet du ministère de la Santé a fait l’objet de critiques, puisque c’est notamment sur eux que le gouvernement s’appuie pour décider des mesures à prendre.

« On ne maîtrise pas le délai de publication » de ces avis par le gouvernement, a rappelé l’une des membres du Conseil scientifique, l’anthropologue Laëtitia Atlani-Duault. « Le Conseil scientifique travaille, ce n’est pas parce que nous ne sommes pas dans médias que nous ne travaillons pas, au contraire, nous travaillons peut-être mieux dans le silence », a renchéri le Pr Delfraissy, en indiquant que les prochaines réflexions du Conseil scientifique porteraient sur les variants du coronavirus ou encore sur la gestion de la pandémie « sur la durée ».