Présidentielle : « On se reparle normalement », Robert Ménard a rencontré Marine Le Pen lundi

2022 L'atmosphère a longtemps été « glaciale » entre le maire de Béziers et la patronne du RN

N.B. avec AFP

— 

Robert Ménard.
Robert Ménard. — N. Bonzom / Maxele Presse

Marine Le Pen (RN) a rencontré, lundi, le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard (divers droite), qui fut très critique à son égard ces derniers mois, lors d’un échange qualifié par ce dernier de « paisible », a appris l’AFP mardi auprès des deux élus, confirmant une information du Point. La présidente du RN a reçu à son initiative l’édile et son épouse, la députée Emmanuelle Ménard, à l’Assemblée nationale.

« L’atmosphère a été glaciale et maintenant on se reparle normalement », s’est félicité Robert Ménard, partisan d’une « union des droites », et qui considère toujours que Marine Le Pen ne peut pas réunir une majorité à la présidentielle de 2022 sans conclure d’alliances. Il s’agissait « d’oublier un peu les rapports exacerbés, passionnels, et les propos qui pouvaient être tenus de part et d’autre un peu désagréables, pour essayer de voir comment on pouvait parler politique et faire des choses ensemble », a ajouté le maire de Béziers, élu en 2014 et en 2020 avec le soutien du FN, puis du RN.

Le cas Zemmour

« Ça ne gomme pas les désaccords sur les questions économiques. Nous, on a une vision plus libérale de l’économie, moins étatiste, mais ça ne nous empêche pas de faire du travail ensemble », a souligné le maire de Béziers.

L’élu a également fait part à Marine Le Pen des « qualités » qu’il voyait chez Eric Zemmour qui, selon lui, aurait « plus envie qu’avant » d’être candidat à la présidentielle, mais qu’il ne voulait pas porter tort à la cheffe du RN, créditée au second tour par de récents sondages. Robert Ménard avait confié la semaine dernière à l’AFP que la « présence d’Eric Zemmour » dans la course à l’Elysée était « souhaitable pour Marine Le Pen parce qu’il est capable d’attirer à lui des gens qu’elle n’est pas capable d’attirer », après une enquête de l'Express sur les ambitions élyséennes du polémiste.