Coronavirus, écologie, précarité étudiante… Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a répondu à vos questions en direct

VOUS INTERVIEWEZ Gabriel Attal a répondu en direct aux questions des lecteurs de « 20 Minutes » ce vendredi sur la crise du Covid-19, la stratégie vaccinale, la précarité étudiante et bien d’autres sujets

Laure Cometti
— 
Gabriel Attal, dans les locaux de 20 Minutes, le 12 février 2021.
Gabriel Attal, dans les locaux de 20 Minutes, le 12 février 2021. — Olivier Juszczak / 20 MInutes
  • Le porte-parole du gouvernement a répondu à vos questions sur la crise sanitaire et les mesures de restrictions. Il a assuré que la question du passeport vaccinal « ne se pose pas aujourd’hui ».
  • Gabriel Attal « espère un assouplissement des restrictions sanitaires autour du printemps, lorsque plus de personnes vulnérables auront été vaccinées ».
  • Il a aussi répondu à vos questions sur l’écologie, l’affaire Gérald Darmanin, la précarité des jeunes et la détresse étudiante. « Les jeunes sont ceux à qui on a demandé le plus d’efforts durant cette crise, ce sont eux qui ont dû renoncer au plus de choses dans leur vie quotidienne », a-t-il estimé.

Le porte-parole du gouvernement était dans les locaux de 20 Minutes ce vendredi, à Paris, pour répondre à vos questions en direct. Pendant trois quarts d’heure, Gabriel Attal a réagi à vos interrogations, transmises par notre journaliste Clément Giuliano, sur la crise du Covid-19, la stratégie vaccinale, le couvre-feu et l’hypothèse d’un reconfinement, l’écologie, la précarité des jeunes et la détresse des étudiants. Si vous avez loupé ce live, vous pouvez le revoir en replay par ici. En voici les temps forts :

Concernant les restrictions, il y a eu ces fuites sur un « reconfinement imminent » voire un « très serré » à la fin du mois dernier. Vous nous dites désormais qu’il y a un « chemin » pour éviter le reconfinement. Jean-Paul s’inquiète de ces « annonces diverses et contradictoires », qui « augmentent le malaise et la défiance ». Que lui répondez-vous ?

« Je peux comprendre que ça soit perturbant, car c’est difficile de prédire l’avenir », a concédé Gabriel Attal. « Notre responsabilité [au gouvernement], c’est d’être le plus transparents possible. » Le porte-parole a reconnu des erreurs de communication du gouvernement depuis le début de la crise du coronavirus. « La principale erreur est peut-être d’avoir parlé de commerces "essentiels" et "non essentiels", ça a beaucoup heurté des commerçants, et aussi des Français. On a repris un terme juridique, on n’aurait pas dû. »

Elodie : Quand allez-vous rouvrir les frontières ?

Gabriel Attal a prévenu qu’il est « très difficile d’annoncer un calendrier » concernant la réouverture des frontières européennes, fermées sauf motif impérieux. « Tout ça est conditionné à la situation de l’épidémie », et une réouverture n’est aujourd’hui « pas d’actualité ».

Sandy s’interroge sur la pertinence du couvre-feu, qui oblige « les gens à s’entasser » dans les transports et les commerces. « Ne faudrait-il pas plutôt augmenter l’amplitude horaire d’ouverture des commerces ? », demande Romain.

Gabriel Attal a évacué cette possibilité, car l’ouverture tardive des commerces rendrait le contrôle du respect du couvre-feu plus complexe, selon lui. Quant au risque de voir les transports en commun bondés juste avant 18 heures, il a rappelé qu’il est tout à fait possible de conserver ses horaires de travail normaux, et donc de rentrer chez soi après 18 heures si l’activité professionnelle l’exige.

Maxence : Le vaccin est-il la solution pour sortir de cette crise ?

« C’est un très grand progrès pour sortir de la crise. Il y en a d’autres, on travaille aussi sur les traitements de la maladie », a ajouté Gabriel Attal, qui « espère un assouplissement des restrictions sanitaires autour du printemps, lorsque plus de personnes vulnérables auront été vaccinées ».

Le porte-parole du gouvernement s’est aussi voulu rassurant après les cas d'effets secondaires après des injections du vaccin d'AstraZeneca. « Aujourd’hui, il y a une confiance dans ce vaccin » pour les personnes de moins de 65 ans.

Quant au calendrier de vaccination, Gabriel Attal en a rappelé les grandes dates. Le gouvernement veut pouvoir vacciner toutes les personnes vulnérables avant fin juin, et tous les Français qui le souhaitent avant la fin de l’été, fin septembre. « Ces objectifs seront tenus », a-t-il assuré.

« Poussière d’étoiles » : Le gouvernement se prépare-t-il à exclure une partie de la population avec le passeport vaccinal ?

Sujet d’interrogations et d’inquiétudes, la piste d’un « passeport vaccinal », envisagée par certains pays, n’est pour l’instant pas sur la table. « La question ne se pose pas aujourd’hui », assure Gabriel Attal. « La certitude à ce stade, c’est que le vaccin est efficace pour protéger vos poumons, réduire le risque de faire des formes graves du virus et de décéder. Mais est-ce que ces vaccins réduisent les risques d’attraper la maladie et de la transmettre ? On a des résultats encourageants, mais pas encore certains. Une fois qu’on aura ces résultats, on pourra se poser la question [du passeport vaccinal], mais pas maintenant ».

Justine, Thomas, Gabriel et de nombreux étudiants demandent : à quand le retour des cours en présentiel ?

« Le président est extrêmement sensible à la jeunesse. Les jeunes sont ceux à qui on a demandé le plus d’efforts durant cette crise, ce sont eux qui ont dû renoncer au plus de choses dans leur vie quotidienne », a commencé le porte-parole du gouvernement. Il a rappelé la décision permettant aux étudiants de revenir un jour par semaine en cours en présentiel. « A ce stade, 60 % des étudiants demandent à revenir un jour par semaine », a précisé Gabriel Attal, qui a rappelé d’autres mesures gouvernementales. « On double le nombre de psys sur les campus, et on met en place un chèque psy : trois consultations de 45 minutes sont prises en charge, sans besoin d’avancer de frais. »

Johan s’inquiète de la précarité économique des étudiants, qui pour certains « pointent aux banques alimentaires ». Et cette question : « Trouvez-vous décent que dans ce contexte l’enveloppe parlementaire des députés ait augmenté de 15 % » ?

« Je suis porte-parole du gouvernement et pas du Parlement », a écarté Gabriel Attal. Sur la précarité des étudiants, il a rappelé deux mesures récentes : la possibilité pour chaque étudiant d’avoir un déjeuner et un dîner à 1 euro, et le triplement du budget des aides d’urgences dans les universités. « Si un étudiant se retrouve en difficulté, par exemple s’il a perdu son job étudiant pendant cette crise, il peut contacter le Crous, qui apporte une aide financière, ponctuelle ou régulière, même aux non-boursiers ».

Gabriel Attal, dans les locaux de 20 Minutes, le 12 février 2021.
Gabriel Attal, dans les locaux de 20 Minutes, le 12 février 2021. - Olivier Juszczak / 20 MInutes

Amandine : Y a-t-il une limite d’invités pour les mariages ?

Gabriel Attal a rappelé que le gouvernement avait augmenté la jauge du nombre d’invités pour les mairies, qui est désormais la même que celle des lieux de culte. Il faut donc une distance minimale de deux emplacements entre les personnes, et une rangée sur deux laissée inoccupée. Et de mettre en garde : « Les fêtes sont des lieux où on transmet beaucoup le virus. »

Caroline : Que faites-vous, vous Gabriel Attal, au quotidien pour l’écologie ?

« Je trie, je fais attention à ma consommation de lumière, d’eau. J’essaie de consommer des produits de saison, le plus dur pour moi, je l’avoue, c’est de réduire ma consommation de viande… Ce sont des gestes du quotidien, un peu comme des gestes barrières pour protéger l’environnement, si chacun s’y met ça peut avoir un impact très fort. »

Jonathan : Qui va rembourser la dette Covid ?

« Je remercie Jonathan, car il part du principe qu’on va la rembourser, alors que certains ne le veulent pas », a souri Gabriel Attal. « Si on a pu faire le "quoi qu’il en coûte" et soutenir les Français pendant cette crise, c’est parce qu’on nous a prêté de l’argent. Or, si on refuse de rembourser la dette, qu’est-ce qui nous dit qu’à la prochaine crise, quand la France aura besoin d’emprunter, on ne le lui refusera pas ? », a-t-il souligné. « Il faut rembourser la dette. Mais on n’augmentera pas les impôts, on va même les baisser. On peut échelonner cette dette sur 20 ans, 30 ans, et la rembourser par le fruit de la croissance ».

Florian et Benjamin vous interpellent directement sur l’enquête pour viol qui vise le ministre de l’Intérieur. Ils vous demandent : « quel est le message politique du maintien de Gérald Darmanin à son poste ? »

« Le message politique, c’est le respect de nos institutions, c’est-à-dire de la présomption di’onnocence et des procédures judiciaires », a estimé le porte-parole du gouvernement.

Hier soir, Gérald Darmanin a débattu face à Marine Le Pen. Il a assuré que le gouvernement était plus ferme que le Rassemblement national sur la question de la lutte contre l’islamisme. Que pensez-vous du positionnement du ministre de l’Intérieur ?

« Je ne dirais pas que Marine Le Pen est molle. Elle est peut-être floue, elle ment beaucoup, et elle est surtout très dangereuse pour notre économie. Ce qu’elle propose serait dramatique pour nos commerçants, nos artisans, nos PME… »

Retrouvez l’interview du porte-parole du gouvernement à 20 Minutes par ici :