Régionales: «Il y a un temps pour tout»... Jean-Yves Le Drian ne sera pas candidat en Bretagne

ELECTIONS La région est actuellement dirigée  par le socialiste Loïg Chesnais-Girard, qui avait succédé à l'actuel ministre des Affaires étrangères

C.A. avec AFP

— 

Jean-Yves Le Drian et Loïg Chesnais-Girard, le 22 juin 2017 à Rennes lors de la passation de témoin comme président de la région Bretagne.
Jean-Yves Le Drian et Loïg Chesnais-Girard, le 22 juin 2017 à Rennes lors de la passation de témoin comme président de la région Bretagne. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Il y a un temps pour tout. Il faut passer la main et si les élections régionales ont lieu au mois de juin, je ne serai pas candidat ». Les mots sont signés du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Celui qui a dirigé la Bretagne pendant dix ans ne sera pas candidat dans sa région. L’ancien maire de Lorient l’a fait savoir ce dimanche dans l'émission «Questions politiques»​ de France Inter, France Télévisions et du Monde.

S’il a été très clair concernant son avenir, Jean-Yves Le Drian n’a pas souhaité préciser à qui il apporterait son soutien. Lui qui avait quitté le PS lorsqu’il a rallié Emmanuel Macron en 2017 n’a jamais rejoint La République en marche. « On verra. Il faut un projet, un programme, une ambition, des orientations », a-t-il lancé.

La préparation du scrutin, dont la tenue est incertaine en raison de l'épidémie de Covid-19, est particulièrement animée en Bretagne. Héritier de Jean-Yves Le Drian, le président socialiste Loïg Chesnais-Girard a annoncé qu’il serait candidat à sa succession, mais qu’il ne serait  «pas le candidat de la majorité présidentielle». Emmanuel Macron y avait fait son meilleur score au premier tour de la présidentielle en 2017 (29 %), au point de rafler sous l’étiquette En Marche 21 des 27 sièges de députés.

Mais les municipales de 2020 n’ont pas permis à LREM de s’ancrer, quand le Parti socialiste conservait Rennes et Brest avec l’appui des écologistes et raflait Quimper, Morlaix et Saint-Brieuc. Quant à Lorient, ville dont Jean-Yves Le Drian fut maire pendant dix-sept ans, elle a basculé aux mains du candidat de la droite Fabrice Loher.