Collectivité européenne d’Alsace : Castex n’a « jamais été convaincu » par la création d'« immenses régions »

CISEAUX Le premier ministre à fait cette déclaration en visitant le siège de la nouvelle Collectivité européenne d’Alsace, qui fusionne depuis le 1er janvier le Haut-Rhin et le Bas-Rhin

20 Minutes avec AFP

— 

Jean Castex est premier ministre depuis le début du mois de juillet 2020.
Jean Castex est premier ministre depuis le début du mois de juillet 2020. — Maxime Le Pihif/SIPA

Il n’a « jamais été convaincu » par la création d'« immenses régions », qui ne répondent pas « aux besoins grandissants » de proximité. C’est en tout cas ce qu’a indiqué le Premier ministre Jean Castex ce samedi à l’occasion d’un déplacement en Alsace au siège de la collectivité européenne d’Alsace (CEA),, à Colmar.

La CEA, qui a vu le jour le 1er janvier, a fusionné les conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin au profit d’une structure unique en France, et demeure ancrée dans la région Grand-Est. Elle récupère les compétences des deux anciens départements alsaciens (gestion des collèges, aide sociale et aux séniors…) mais se saisit aussi de nouvelles compétences comme la coopération transfrontalière avec la Suisse et l’Allemagne voisines.

Le retour de l’Alsace dans la CEA pas « une lubie folklorique »

Le chef du gouvernement s’est félicité d’avoir « pu adapter, différencier, faire du cousu main » avec la CEA. « Le désir de retrouver une Alsace reconnue (…) ne constitue ni une lubie folklorique, ni une menace à l’unité de la République », a-t-il insisté devant ses élus, se disant ouvert à l’avenir à l’exercice par cette collectivité de compétences élargies.

« Au-delà de l’Alsace, je voudrais vous faire une confidence personnelle : je n’ai jamais été convaincu par la création de ces immenses régions (en 2015), dont certaines ne répondent à aucune légitimité historique et surtout ne me paraissent pas répondre aux besoins grandissants de nos concitoyens pour une action publique de proximité », a enchaîné Jean Castex sous les applaudissements.

En raison de l’épidémie de Covid-19, l’incertitude pèse sur la date des élections régionales, qui auraient dû avoir lieu en mars prochain mais doivent être reportées en juin, voire après la présidentielle.

La nouvelle carte des régions : une vraie cohérence, malgré quelques inconvénientsLa réforme territoriale arrive à son terme malgré la colère alsacienne