Entre 2002 et 2003, Cécilia Attias, ex-femme de Nicolas Sarkozy, a été rémunérée par l’Assemblée nationale

AFFAIRE L’ex femme de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, aurait été assistante parlementaire… mais le « Canard Enchaîné » n’a retrouvé aucune trace de son travail

20 Minutes avec AFP

— 

(FILES) In this file photo taken on April 22, 2007 then French right-wing UMP presidential candidate Nicolas Sarkozy (R) leaves his home with his wife Cecilia after casting his ballot at the Ile-de-la-Jatte in Neuilly-sur-Seine, near Paris. - Cecilia Attias, former wife of former president Nicolas Sarkozy, was employed part-time in 2002-2003 at the Assembly as a parliamentary assistant to the deputy of her husband, AFP learned on January 13, 2021 from Sarkozy's entourage, confirming information from Le Canard Encha�ne. (Photo by Thomas COEX / AFP)
(FILES) In this file photo taken on April 22, 2007 then French right-wing UMP presidential candidate Nicolas Sarkozy (R) leaves his home with his wife Cecilia after casting his ballot at the Ile-de-la-Jatte in Neuilly-sur-Seine, near Paris. - Cecilia Attias, former wife of former president Nicolas Sarkozy, was employed part-time in 2002-2003 at the Assembly as a parliamentary assistant to the deputy of her husband, AFP learned on January 13, 2021 from Sarkozy's entourage, confirming information from Le Canard Encha�ne. (Photo by Thomas COEX / AFP) — AFP

Cécilia Attias, ancienne épouse de Nicolas Sarkozy, a été employée à mi-temps en 2002-2003 comme assistante parlementaire de la suppléante à l’Assemblée de son mari, devenu à l’époque ministre de l’Intérieur, a-t-on appris mercredi auprès de l’entourage de Nicolas Sarkozy, confirmant des informations du Canard Enchaîné.

Pour ce travail de 75,84 heures par mois, Cécilia Sarkozy était rémunérée 3.088 euros nets, affirme l’hebdomadaire satirique, qui s’étonne de n’en avoir retrouvé aucune trace. « Pas un article, pas le moindre reportage, pas un seul des multiples ouvrages consacrés à l’ex-première dame ne mentionne son boulot d’attachée parlementaire auprès de la députée de Puteaux », écrit Le Canard.

Les faits sont prescrits

« L’engagement professionnel de Cécilia Sarkozy au long de la vie politique de Nicolas Sarkozy de 1988 jusqu’en 2007 était de notoriété publique, en témoignent, si besoin en était, les nombreux articles de presse publiés sur le sujet. Elle était notamment très impliquée à Neuilly-sur-Seine et plus globalement dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine dont son mari fut le député », a affirmé l’entourage de l’ancien président de la République.

« Lorsque [Nicolas Sarkozy] est devenu ministre de l’Intérieur en juillet 2002, elle a continué d’assurer un suivi des dossiers par un contrat à mi-temps d’assistante parlementaire auprès de Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui avait succédé à Nicolas Sarkozy à l’Assemblée nationale, fonction qu’elle a occupée neuf mois jusqu’en mars 2003 », a-t-on précisé. « Cet engagement sur le terrain était d’ailleurs si fort qu’elle n’excluait pas elle-même de se présenter à un mandat sur ce territoire », a ajouté l’entourage de l’ancien époux de Cécilia Attias.

L’avocat de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Me Rémi-Pierre Drai, a estimé « qu’il n’y a aucune matière délictuelle dans ces faits » et que « l’absence de réalité du travail reste à démontrer ». « Et pour peu que quelqu’un veuille les qualifier pénalement, ils seraient très largement prescrits. Le délai est de six ans », a-t-il précisé. Guillaume Peltier, numéro deux de LR, parti de Nicolas Sarkozy, a défendu sur Sud Radio « la présomption d’innocence » et « récusé la tyrannie de la rumeur ». « Pour moi, Nicolas Sarkozy est un homme politique, un homme d’Etat, qui a réformé et défendu et protégé notre patrie et notre peuple en des temps difficiles de manière remarquable. Le reste ne m’intéresse absolument pas, c’est à la justice de décider, ce n’est pas à moi de commenter. »