Régionales en Bretagne : Le maire anti-pesticides Daniel Cueff sera candidat

COMBAT L’ancien maire de Langouët portera une liste « sans parti politique » pour les élections régionales qui se tiendront en juin

J.G. avec AFP

— 

Le maire de Langouët Daniel Cueff, ici le 14 octobre 2019 devant le tribunal administratif de Rennes pour défendre son arrêté anti pesticides.
Le maire de Langouët Daniel Cueff, ici le 14 octobre 2019 devant le tribunal administratif de Rennes pour défendre son arrêté anti pesticides. — C. Allain / 20 Minutes

Il s’est fait connaître en déclarant la guerre aux pesticides sur sa commune. Ancien maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff se lance désormais dans la bataille des régionales qui se dérouleront en juin. « Oui, je vais annoncer le nom de la liste et le programme à Roscoff le 22 janvier », a déclaré Daniel Cueff, confirmant une information du Télégramme. Il portera « une liste politique avec un projet politique, sans parti politique, parce qu’aujourd’hui les enjeux pour la Bretagne sont climatiques, économiques, agricoles », a indiqué l’ancien maire écologiste non encarté.

Daniel Cueff veut notamment s’inspirer du Celib (Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons) qui dans les années 1950 avait rassemblé en Bretagne des gaullistes, des sociaux-démocrates et des chrétiens, et avait obtenu grâce à un lobby sur Paris, un plan routier pour la Bretagne et la création de la zone de télécoms de Lannion.

L’écologie « pour lutter contre la misère »

« Comme dans les années 1950, il faut qu’on se retrousse les manches et qu’on laisse de côté les étiquettes et appareils politiques », souligne Daniel Cueff qui assure poursuivre son engagement écologiste. « Nous voulons une écologie au service des Bretonnes et des Bretons », avance Daniel Cueff, pour qui il s’agit d'« un moyen de lutter contre la misère » en Bretagne où il y a « un problème au niveau social, du logement et de la précarité agricole ».

Adepte d’une « écologie de l’action », il a expérimenté pendant 20 ans dans le village de Langouët des réalisations « vertes », souvent en avance sur la réglementation, comme la première cantine bio en France.