Marseille : « C'est compliqué de changer une ville avec un fonctionnement qui n'a pas fonctionné pendant 25 ans », lance Benoît Payan

NOUVEAU MAIRE Lors d’une conférence de presse, le socialiste Benoît Payan, fraîchement élu, s’est placé en maire réformateur du fonctionnement de la mairie de Marseille, sous le coup d’une enquête du parquet national financier

Mathilde Ceilles

— 

Benoît Payan lors de sa conférence de presse de rentrée en janvier 2021
Benoît Payan lors de sa conférence de presse de rentrée en janvier 2021 — Christophe Simon / AFP
  • Le maire de Marseille organisait ce jeudi sa première conférence de presse depuis son élection en décembre dernier.
  • Pour cette première prise de parole médiatique, le socialiste Benoît Payan a insisté sur sa volonté de réformer le fonctionnement de la mairie, sous le coup d’une enquête du parquet national financier sur les horaires de travail des agents municipaux.

Pour sa première conférence de presse en tant que maire​, Benoît Payan voulait recevoir les journalistes dans l’enceinte intimiste du dernier étage du pavillon Daviel, comme il le faisait à l’accoutumée, avant chaque conseil municipal, dans un temps pas si lointain où il n’était que le chef de file de l’opposition socialiste à Jean-Claude Gaudin. Une rentrée médiatique en toute simplicité, en jean, loin des vœux à la presse somptueux de son prédécesseur, souvent dans un écrin de choix.

Mais le Covid-19 est passé par là, et une élection rocambolesque également, qui a propulsé l’ancien premier adjoint à la tête de la deuxième ville de France, en lieu et place de Michèle Rubirola, démissionnaire. Alors, c’est à l’espace Bargemon, près de l’hémicycle où a démarré pour lui une nouvelle carrière le 21 décembre, que le nouveau maire a reçu ce jeudi pour la première fois la presse. L’opposant politique à Jean-Claude Gaudin d’autrefois n’est toutefois pas si loin dans le discours.

« Les méthodes d’un ancien temps »

« 2021 sera une année du changement, une année de rupture et d’action pour notre ville », promet le maire qui dénonce notamment les logiques « clientélaires » d’alors. Avant de lancer, comme un avertissement : « Et ça commencera ici, par la mairie. On ne transforme pas Marseille avec les méthodes d’un ancien temps, avec les outils qui ont été ceux de la ville pendant 25 ans voire plus. Si nous héritons d’une situation, nous ne sommes les héritiers de personne. »

Au début du mois de décembre, le parquet national financier a clos son enquête préliminaire sur le temps de travail des agents municipaux marseillais, mettant au jour tout un système illégal d’heures supplémentaires indues et d’absentéisme injustifié de la part de fonctionnaires de la mairie, dirigé par Jean-Claude Gaudin pendant un quart de siècle.

Une situation financière « extrêmement inquiétante »

Et de reconnaître : « C’est compliqué de changer une ville avec un fonctionnement qui n’a pas fonctionné pendant 25 ans. C’est difficile, évidemment, quand on demande de lancer des travaux d’office [dans des logements indignes] avec des organisations qui ne sont pas prêtes et qui ne sont pas préparées, qui n’ont pas les outils, l’habitus. Bien sûr que c’est difficile de modifier le fonctionnement des écoles de Marseille avec un découpage qui ne va pas dans le sens de l’histoire… Il faut faire une rupture parce que sinon ça ne marchera pas et on n’arrivera à rien. »

Le maire promet notamment de présenter prochainement un plan de modernisation de la mairie, avec l’adjointe en charge de ce dossier, Olivia Fortin. Mais à peine sur le fauteuil de chef de Marseille, Benoît Payan reconnaît faire face à une difficulté, et pas des moindres. Les premiers retours de l’audit mené par le cabinet Deloitte sur les finances de la deuxième ville de France sont selon lui « extrêmement inquiétants ». « Quand je vous dis inquiétant, c’est très inquiétant », insiste Benoît Payan. « C’est assez hallucinant », s’alarme, sans donner de détails chiffrés, en concédant qu'« il n’y a pas d’autres exemples en France d’une situation pareille », mais qu’on serait « très loin de la tutelle » de l’Etat comme le craint l’opposition municipale LR.

« Pour autant on ne va pas fabriquer de l’austérité, assure le nouveau maire de la deuxième ville de France . Je ne m’y résoudrai jamais, donc on se retrousse les manches ! Il y a des gisements d’économies à faire, des sources de financement à trouver, des politiques volontaristes à mener. » Et de citer par exemple les milliers d’euros de buffet prévu pour l’organisation du congrès mondial de la nature. « C’est fini les strass, les paillettes ! » Le maire promet de communiquer le bilan « sur la réalité financière de la ville dans les semaines qui viennent », à l’occasion d’une conférence de presse dédiée.

Benoît Payan réclame un élargissement de la vaccination aux personnels des écoles

Le maire socialiste de Marseille Benoît Payan va demander jeudi au Premier ministre Jean Castex que les personnels des écoles et les enseignants soient considérés comme prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19.

« Dans les écoles, on peut trouver des souches virales qui sont extrêmement virulentes, ce sont des lieux de brassage où évidemment le virus peut circuler et il me paraît normal d’inscrire les enseignants et les personnels des écoles, pas que pour la ville de Marseille d’ailleurs, dans la liste des personnels prioritaires », a déclaré le nouveau maire de Marseille.