Violences à Washington : La France condamne l’atteinte « contre la démocratie »

REACTIONS La classe politique française a largement dénoncé les actions des partisans de Tump. Olivier Faure qualifiant même le président américain de « Néron »

20 Minutes avec AFP

— 

Des partisans de Donald Trump devant le Capitole, à Washington le 6 janvier 2021.
Des partisans de Donald Trump devant le Capitole, à Washington le 6 janvier 2021. — Lenin Nolly/Sipa USA/SIPA

Le chaos semé par les partisans de Donald Trump n’a pas tardé à faire réagir officiellement l’exécutif français. Le ministre des Affaires étrangères a condamné mercredi les manifestations et l’intrusion des partisans du locataire de la Maison-Blanche dans le Capitole à Washington. Pour le chef de la diplomatie, « les violences contre les institutions américaines sont une atteinte grave contre la démocratie ».

« La volonté et le vote du peuple américain doivent être respectés » a demandé dans deux tweets, l’un en français et l’autre en anglais, Jean-Yves Le Drian.

Les événements aux Etats-Unis ont également suscité de nombreuses réactions politiques. Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a ainsi envoyé ses « pensées démocratiques et amicales » aux parlementaires américains au Capitole.

« Un coup de force »

Les mots ont été beaucoup plus durs du côté de François Hollande. Pour l’ancien président, « la démocratie a été l’objet d’un coup de force. Ces scènes de chaos après les mots irresponsables du président sortant sont une offense aux démocrates du monde entier ».

D’autres ont utilisé le même ton pour qualifier les manifestations à Washington. « Voilà ce qui se passe quand on sème la haine », a tweeté l’eurodéputé Stéphane Séjourné. Dans un deuxième tweet, ce proche d’Emmanuel Macron a qualifié de « pyromane » Marine Le Pen qui avait dit en novembre qu’elle ne reconnaissait « absolument pas » la victoire de Joe Biden. Le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, membre de la direction du parti, a lui commenté une vidéo de Trump qui demande aux manifestants de rentrer chez eux. « La démocratie, ce sont les urnes. La violence n’a pas sa place dans le débat démocratique », a-t-il tweeté. « Ce sont les tribunaux qui sanctionnent les fraudes, pas la rue ».

« Une tentative de coup d’Etat »

A gauche les réactions ont également été nombreuses sur tweeter. « Trump incendiaire jusqu’au bout. Il entre dans l’histoire des Etats-Unis non pas comme successeur de Lincoln mais de Néron… », a écrit le Premier secrétaire du PS Olivier Faure. Pour le secrétaire national des Verts, Julien Bayou, « c’est une tentative de coup d’Etat », avec des « images terribles » d’un « processus démocratique interrompu ». Le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon voit quant à lui « une tentative de putsch d’extrême droite » et demande à Marine Le Pen et au RN « de retirer leur soutien à Trump ».

« Le sang a coulé au Capitole ce soir. Dans le cœur de la plus ancienne des démocraties. Conséquence du populisme et des discours de haine. Soutien aux élus et au peuple américain », a pour sa part réagi le délégué général d’En Marche Stanislas Guerini. Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a, en anglais, écrit qu’il était temps que « ce fou de Trump » quitte la présidence des Etats-Unis et qu’on lui « enlève la possibilité d’user de l’arme nucléaire ». Le chef de file des députés LR Damien Abad a pour sa part jugé « le comportement de Trump et d’une partie de ses soutiens (…) indigne de la démocratie américaine ».