Coronavirus : Des tests négatifs sont bien demandés aux voyageurs en provenance de certains pays

FAKE OFF Un lecteur nous a demandé de vérifier une déclaration de Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, sur les tests aux frontières

Mathilde Cousin

— 

Une infirmière contrôle un passager qui dispose d'un test Covid négatif à l'aéroport de Nice, le 30 décembre. (Image d'illustration)
Une infirmière contrôle un passager qui dispose d'un test Covid négatif à l'aéroport de Nice, le 30 décembre. (Image d'illustration) — SYSPEO/SIPA
  • Nicolas Dupont-Aignan, député et président du parti Debout la France, a renouvelé vendredi sa demande de présenter un « test négatif » aux frontières pour pouvoir entrer en France.
  • Des tests sont déjà exigés pour les voyageurs en provenance d'une vingtaine de pays.
  • Cette demande de vérification nous a été envoyée par un lecteur.

Des contrôles aux frontières plus stricts pour limiter la propagation du coronavirusdans l’Hexagone ? C’est ce qu’a demandé Nicolas Dupont-Aignan vendredi. Invité du 13 heures de TF1, le député Debout la France a réitéré sa demande : exiger des voyageurs franchissant les  frontières françaises un « test négatif »

« Je demande des tests négatifs aux frontières, car on va enfermer les habitants à 18 heures [dans 15 départements à partir de samedi], alors qu’on rentre dans notre pays en étant positif, comme cela », a dénoncé l’élu. Il n’a pas précisé s’il faisait allusion au franchissement des frontières par voie terrestre, aérienne ou maritime.

Un lecteur, qui explique avoir dû présenter un test PCR négatif dans un aéroport, nous a demandé de vérifier cette déclaration.

FAKE OFF

La situation est distincte selon les pays. Les voyageurs en provenance de certains pays situés en dehors de l’Union européenne doivent présenter des tests négatifs avant d’entrer sur le territoire français, selon le ministère de l'Intérieur. Cela concerne une vingtaine de pays dans lesquels il est possible d’effectuer un test 72 heures avant le départ et où « le virus circule toujours de manière très active », comme les Etats-Unis ou l’Afrique du Sud. Les voyageurs doivent présenter le résultat de leur test avant l’embarquement.

L’Intérieur liste en outre une trentaine de pays hors UE pour lesquels il est difficile d’effectuer un test rapidement avant le départ, tels que l’Inde ou la Chine. Dans ce cas, les voyageurs doivent se soumettre à un test à l’arrivée ou effectuer une quatorzaine obligatoire.

D'autres pays sans tests obligatoires

Seules les personnes en provenance de six pays hors UE et hors Schengen (Australie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Thaïlande) sont actuellement entièrement libérés de ces contrôles sanitaires. Motif : « La circulation du virus [y] est peu importante. »

Pour les autres pays extra-européens, non listés par le ministère, les voyageurs sont invités à présenter un test négatif. S’ils ne le font pas avant le départ, ils peuvent le faire dans des aéroports français ou effectuer une quatorzaine à leur arrivée. Toutefois, ni la quatorzaine, ni la présentation d’un test négatif ne sont obligatoires pour les voyageurs en provenance de ces pays. Ces règles s’appliquent aussi aux Français de retour de l’étranger.

Un test négatif pour venir du Royaume-Uni

Le cas du Royaume-Uni, où un variant particulièrement contagieux a été détecté, est particulier. La France a restreint les voyages avec le pays, qui ne fait pas partie de l’espace Schengen ni de l’Union européenne. Seules certaines catégories de voyageurs sont autorisées à se rendre en France, à condition de présenter un test négatif de moins de 72 heures, d’après le ministère des Affaires étrangères.

Quid des voyages au sein de l’Union européenne ? Les voyageurs en provenance de cette dernière ou de l’espace européen (Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Suisse et Vatican) « peuvent entrer sur le territoire français sans restrictions liées à la lutte contre le Covid-19 », indique le ministère de l'Intérieur.

Certaines restrictions ont parfois été imposées localement, visant les touristes de retour des stations de ski étrangères, comme ces 48 touristes français visés par un isolement de sept jours après un contrôle à la frontière franco-suisse, en vertu d’un décret publié le 19 décembre. Des voyageurs de retour des stations espagnoles ont également fait l’objet de contrôles, précisait La Dépêche du Midi le 27 décembre.

Par ailleurs, le 30 octobre, la France a renouvelé la possibilité de contrôles aux frontières jusqu’au 30 avril. Il ne s’agit pas de vérifier chaque entrée sur le territoire, mais de pouvoir procéder à des vérifications d’identité aux frontières, selon l’AFP.