Coronavirus : La réouverture des théâtres et cinémas le 7 janvier est « très peu probable » selon Gabriel Attal

EPIDEMIE Les professionnels de la culture « sont en lien permanent avec la ministre Roselyne Bachelot », a ajouté le porte-parole du gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

Gabriel Attal, ce mercredi à la sortie du Conseil des ministres
Gabriel Attal, ce mercredi à la sortie du Conseil des ministres — AFP

C’est une mauvaise nouvelle pour le monde de la culture. « A ce stade, il semble très peu probable » que les salles de spectacle, les lieux culturels, les théâtres et les cinémas, « puissent rouvrir » le 7 janvier en raison du niveau des contaminations au Covid-19 qui se situe sur un « plateau assez haut », a affirmé mercredi Gabriel Attal sur BFMTV.

Les professionnels de la culture « sont en lien permanent avec la ministre (de la Culture) Roselyne Bachelot, qui travaille avec eux, qui échange avec eux pour leur donner le plus de visibilité possible », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Fermés depuis le reconfinement fin octobre, cinémas, théâtres et salles de spectacle étaient prêts à rouvrir le 15 décembre mais avaient vu leurs espoirs déçus lorsque l’exécutif a annoncé qu’ils devraient rester fermés encore jusqu’au 7 janvier au moins.

Et les stations de ski ?

Interrogé sur la réouverture des stations de ski, où les remontées mécaniques sont actuellement fermées, Attal a précisé que c’était « pareil » et que « dans l’immédiat, il semble assez peu probable qu’on puisse alléger un grand nombre de contraintes ».

Pour autant, le porte-parole a promis « quelques points sur lesquels on pourra probablement progresser », notamment sur le télétravail et les étudiants. Les personnes pour lesquelles le télétravail « ça peut être parfois très difficile » pourraient « revenir éventuellement un jour par semaine travailler physiquement ». Quant aux étudiants, dont certains « ont vraiment besoin de pouvoir retourner physiquement à l’université », « peut-être que par petits groupes, on pourra organiser les choses ».

Sur la possibilité d’un troisième confinement, Attal a répondu qu’à cette question il avait « toujours pris le parti de ne jamais rien exclure par principe » mais que le gouvernement cherchait « évidemment » à l’éviter avec les mesures prises comme le couvre-feu, son avancement dans certains départements, ou la fermeture de certains lieux.