« Beauvau de la sécurité » : Les syndicats ont jusqu’au 10 janvier pour annoncer leur participation

POLICE Après les propos d’Emmanuel Macron sur les contrôles au faciès et les violences policières, certains syndicats ont annoncé qu’ils boycotteraient le « Beauvau de la sécurité »

20 Minutes avec AFP

— 

Les syndicats de police Alliance et Unsa ont appelé à se rassembler devant les palais de justice, ce 25 octobre 2016.
Les syndicats de police Alliance et Unsa ont appelé à se rassembler devant les palais de justice, ce 25 octobre 2016. — ALAIN JOCARD / AFP

Participera, participera pas ? Les syndicats de police ont jusqu’au 10 janvier pour décider s’ils prennent part au «Beauvau de la sécurité» que deux d’entre eux ont dit vouloir boycotter, a annoncé Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, dans un courrier envoyé aux organisations, ce jeudi.

Après les propos d’Emmanuel Macron au média en ligne Brut dans lesquels il avait reconnu l'existence de contrôles au faciès et de violences de la part de certains policiers, les syndicats de gardiens de la paix Alliance et Unsa ont annoncé qu'ils refusaient de participer à cette concertation.

Un grand débat de janvier à mai

« Je vous invite à me faire part d’ici au 10 janvier prochain de votre accord pour participer à cette démarche et de vos amendements éventuels pour la méthode proposée », écrit Gérald Darmanin dans un courrier. Le ministre y détaille la méthode de ce « Beauvau de la sécurité », dont il avait déjà présenté les grandes lignes aux syndicats de police reçus le 18 décembre. Gérald Darmanin confirme que cette nouvelle concertation, annoncée par Emmanuel Macron seulement trois semaines après la remise du Livre blanc sur la sécurité intérieure, prendra le format d'un «grand débat» organisé de fin janvier à mai.

Les thèmes abordés reprendront les « sept péchés capitaux » qu’il a mentionnés devant la commission des lois de l’Assemblée nationale : la formation, l’encadrement, les moyens humains et matériels, la captation de vidéos – au centre de la controverse dans la loi Sécurité globale –, la réforme de l’IGPN – accusée de manquer d’indépendance – et le lien entre police et population, dégradé par la succession d’affaires de violences policières.

Une loi pour 2022

Syndicats, cadres de l’administration mais aussi des parlementaires et des maires, issus de communes rurales et urbaines, seront réunis toutes les deux semaines à Beauvau par le ministre de l’Intérieur pour assurer un suivi régulier de ces « chantiers ».

Côté terrain, Gérald Darmanin prévoit de se déplacer toutes les semaines dans les commissariats et les brigades de gendarmerie, où des cahiers de doléances seront mis à disposition des agents. Des rencontres sont également prévues avec des « élus locaux », le « monde de l’entreprise » et des « citoyens ». Les conclusions de ces échanges doivent servir de base à la future loi d’orientation et de programmation de la sécurité intérieure (Lopsi) prévue en 2022.