Coronavirus : Emmanuel Macron invite à « redoubler de vigilance » après la découverte d’une nouvelle souche

EPIDEMIE Une mutation du virus Sars-CoV-2 a été détectée au Royaume-Uni, considérée par Londres comme « hors de contrôle » sur son territoire

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron devant le sapin de Noël de l'Elysée.
Emmanuel Macron devant le sapin de Noël de l'Elysée. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Après la découverte d’une « mutation problématique » du coronavirus, le président de la République, Emmanuel Macron, a appelé les Français, ce lundi, à « redoubler de vigilance ». Cette « mutation problématique du virus, avec une forme beaucoup plus agressive » montre « la complexité de ce virus, son agressivité, oserais-je dire son inventivité, et l’humilité qu’il nous faut toujours avoir », a commenté le chef de l’Etat.

« C’est une situation exceptionnelle qui nous a amené à prendre cette décision rapide et qui doit nous amener à redoubler de vigilance sur l’évolution » du virus, a-t-il ajouté lors d’un Conseil des ministres en visioconférence depuis la résidence officielle de La Lanterne, où il reste à l’isolement après avoir été testé positif au coronavirus jeudi.

La suspension des déplacements a été annoncée dimanche à l’issue d’un Conseil de défense sanitaire extraordinaire et intervient dans la foulée de mesures similaires prises par la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne, le Luxembourg ou l’Irlande, alors qu'une variante du virus Sars-CoV-2 a été détectée outre-Manche, considérée par Londres comme « hors de contrôle » sur son territoire. « Nous avons dû prendre une décision difficile, mais qui s’imposait au regard de la circulation de cette variante de la Covid-19 », a justifié sur RTL le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal car « on doit avoir une vigilance et une précaution absolue dès lors qu’une mutation est présentée comme étant plus contagieuse ».

Une « coordination européenne »

Un décret paru lundi au Journal Officiel précise qu'« eu égard à la situation sanitaire au Royaume-Uni, (…) les déplacements de personnes en provenance de ce pays vers le territoire de la République sont interdits jusqu’au 23 décembre 2020 à 00H00 ». Le gouvernement s’est donné ce délai de 48 heures pour « bâtir une coordination européenne », mais aussi pour « bâtir un protocole qui pourrait permettre à ceux de nos concitoyens qui sont en Grande-Bretagne et qui avaient prévu de revenir pour passer les fêtes avec leur famille de le faire », a précisé Gabriel Attal.

Ce retour serait possible « à condition d’avoir un protocole sanitaire protecteur à la fois pour eux et pour notre pays », a-t-il insisté en les invitant à produire un test PCR négatif à réaliser dès « aujourd’hui ou demain » s’ils veulent avoir une chance de rentrer pour Noël. « Il y a un principe de précaution qui s’applique » face à « l’identification d’un variant du virus », a expliqué sur Europe 1 le ministre de la Santé Olivier Véran.

« A priori, il n'y a pas de raison de penser que les vaccins seraient moins efficaces » contre ce nouveau variant car « les anticorps développés par les deux principaux vaccins qui arrivent ne ciblent pas cette zone mutée du virus », a-t-il ajouté. « Il est possible que (ce variant du virus) circule en France », a toutefois admis Olivier Véran, rappelant qu'« il a été identifié une fois en Italie ». « Nous le saurons, nous lançons des études génotypiques. Sur les derniers jours, 500 souches virales ont été analysées en génétique et ce variant n’a pas été retrouvé, ce qui ne veut pas dire qu’il ne circule pas ».