Coronavirus : Emmanuel Macron va « bien » mais avec « une activité ralentie »

EPIDEMIE Le chef de l’Etat, testé positif au coronavirus, s’est placé à l’isolement à la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron, a l'Elysée, le 16 décembre
Emmanuel Macron, a l'Elysée, le 16 décembre — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Testé positif au coronavirus jeudi, Emmanuel Macron va « bien », malgré « une activité un peu ralentie », a-t-il déclaré, ce vendredi, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, appelant les Français à la vigilance face à un virus qui « repart encore plus fort ».

Emmanuel Macron a les mêmes symptômes que la veille, « fatigue, maux de tête, toux sèche », a-t-il indiqué dans sa vidéo, le débit lent et les traits un peu tirés.

« Peut-être sans doute un moment de négligence »

« J’ai une activité qui est un peu ralentie, mais les dossiers prioritaires, je continue à m’en occuper », a assuré le chef de l’Etat qui s’est placé à l’isolement jeudi à la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles, son épouse Brigitte, testée négative jeudi, restant à l’Elysée. Vêtu d’un col roulé sombre, le président a promis de « rendre compte chaque jour de l’évolution de la maladie ». « Il n’y a normalement pas de raison que cela évolue mal, mais je fais l’objet d’une surveillance médicale et je vous en rendrai compte de manière totalement transparente », a-t-il souligné.

A la Lanterne, le suivi médical est assuré par le médecin-chef de l’Élysée Jean-Christophe Perrochon. Sur l’année, cet ancien urgentiste de l’armée est épaulé par quatre médecins adjoints qui se relaient 24 heures sur 24 auprès d’Emmanuel Macron. Dans son message, Emmanuel Macron ajoute que s’il a contracté le Covid, cela « montre que le virus, vraiment, peut toucher tout le monde ». « Parce que je suis très protégé. Je fais très attention. Et malgré tout, j’ai attrapé ce virus, peut-être sans doute un moment de négligence, un moment de pas de chance aussi ».

« Six mois difficiles encore »

Il insiste aussi sur le fait qu’il a été testé positif jeudi comme « 18.000 Françaises et Français » ce jour-là. « Donc, le virus repart encore plus fort, donc nous devons être vigilants », même si les règles sanitaires « vous pèsent ». « Mais on doit tenir », dit-il. La maladie du chef de l’Etat intervient alors que l’évolution de l’épidémie, qui repart dans plusieurs pays d’Europe à une semaine de Noël, est jugée « préoccupante » par les autorités sanitaires : plus de 18.000 nouveaux cas ont été diagnostiqués jeudi, avec toutefois un taux de positivité des tests à 6,1 % contre 6,2 % la veille et 2.808 patients en réanimation (2.840 la veille).

« On a six mois difficiles à passer encore. 2021 ressemblera à 2020 et en particulier les trois ou quatre premiers mois car ce virus est sensible au climat », a commenté le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, ajoutant qu’il faudra attendre mai pour vacciner « les 22 millions de personnes plus fragiles » en France. Et pour le reste de la population, ce ne sera « pas avant l’automne ». La contamination d’Emmanuel Macron, dont l’annonce a fait le tour du monde en quelques minutes, sonne d’ailleurs comme une « piqûre de rappel » contre le relâchement à l’approche des fêtes de fin d’année.