Mort de Valéry Giscard d’Estaing : François Bayrou rend hommage à l’ancien président au congrès du MoDem

DISPARITION François Bayrou, largement réélu samedi à la tête du MoDem, en a profité pour tracer un parallèle Giscard-Macron

20 Minutes avec AFP

— 

François Bayrou (Archives)
François Bayrou (Archives) — Jacques Witt/SIPA

Alors que se déroulaient dans la plus stricte intimité les obsèques de Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi à 94 ans, se tenait aussi ce samedi le congrès du MoDem. François Bayrou a profité de cet instant pour saluer la mémoire de l’ancien président de la République.

Largement réélu à la tête du Modem avec plus de 96 % des voix exprimées, François Bayrou a évoqué VGE comme celui qui a réussi « l’exploit d’une élection seul contre tous », traçant un parallèle avec Emmanuel Macron.

« Une partie de notre vie »

« C’est une journée particulière, pas seulement parce que c’est une journée de notre congrès. Mais c’est l’un de ces moments où les déchirures de la vie vous atteignent », a-t-il déclaré dans son discours de clôture du congrès, en évoquant la mémoire de l’ancien président (1974-1981).

« Pour quelques-uns d’entre nous », Giscard « est une partie de notre vie », a ajouté le dirigeant centriste, rappelant que le MoDem avait été créé « par une délibération de l’UDF », le parti qu’avait fondé VGE en 1978. Prenant la parole en dernier, le Premier ministre Jean Castex a souligné à son tour la filiation entre le projet de Valéry Giscard d’Estaing et le MoDem, notamment à travers « la construction européenne, au cœur de votre identité politique. »

« La même jeunesse de l’époque »

Au cours de son éloge de VGE, François Bayrou a fait un parallèle avec le chef de l’Etat actuel. « Ce que nous avons construit volontairement, sciemment, avec Emmanuel Macron, c’est le même élan, c’est le même projet, c’est la même jeunesse de l’époque, c’est le même courage pour porter des réformes nécessaires, et c’est la même volonté de dépassement des frontières archaïques », a-t-il estimé.

Le maire de Pau a encore évoqué chez le président, comme chez son prédécesseur, « cette revendication de rupture et l’exploit d’une élection seul contre tous ».

Niveau de la dette, conséquences du Covid-19 sur l’économie, sécurité, élections, participation citoyenne, environnement… François Bayrou a ensuite égrené un grand nombre de thèmes, dont certains le concernent très directement dans sa fonction récemment recréée de Haut-Commissaire au Plan.

Favorable au vote par correspondance

Revenant sur la faible participation lors des municipales, et à quelques mois des régionales reportées en raison de l’épidémie du coronavirus, François Bayrou a rappelé aux parlementaires du Modem que « nous militons pour une ouverture à d’autres modes d’expression du suffrage, vote par correspondance ou vote par Internet ».

« On a besoin d’une modernisation… J’engage les parlementaires de notre mouvement à se saisir de ces questions sans timidité », a-t-il ajouté. Aux Etats-Unis, par exemple, « plus de 100 millions de suffrages ont été exprimés par correspondance (…) Et on n’a pas pu, jusqu’à ce jour, trouver une seule anomalie dans l’organisation du vote », a souligné le centriste. « Alors on voit bien que les critiques qui chez nous font la fine bouche sont, à mon avis, déplacées », a-t-il taclé.