Précarité menstruelle : Emmanuel Macron promet une réponse « au premier semestre »

FEMMES Le chef de l’Etat a été interrogé par Brut sur la « gratuité des protections hygiéniques comme voté en Ecosse »

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron, le 6 mai 2020.
Emmanuel Macron, le 6 mai 2020. — Ludovic Marin/AP/SIPA

Interrogé sur le problème de la précarité menstruelle, ce vendredi, Emmanuel Macron a promis « une réponse très concrète » pour 2021, évoquant le sort des femmes « qui sont à la rue » et ne peuvent pas « acheter de quoi se protéger et de quoi être dignes ».

La France va-t-elle adopter la « gratuité des protections hygiéniques comme voté en Écosse » ? « J’ai demandé qu’on avance, je veux qu’avec les associations compétentes et pour toutes les femmes qui sont dans cette situation on puisse avoir une réponse », a déclaré le chef de l’Etat lors d’une interview accordée à Brut.

La précarité, mais aussi le viol

« Je ne veux pas préempter le travail du gouvernement mais c’est quelque chose qui au premier semestre de l’année prochaine aura une réponse très concrète », a-t-il poursuivi.

« Parce que, quand on voit des femmes qui sont dans la très grande précarité, qui sont à la rue, elles vivent tout ce que vit un homme, d’épuisement physique, de réduction de votre durée de vie, de maladies qu’on contracte, d’humiliation, et elles vivent en plus deux choses (…) : en effet la précarité menstruelle, le fait d’avoir des règles dans la rue et de ne pas pouvoir acheter de quoi se protéger et de quoi être digne dans la journée, et puis le viol », a-t-il détaillé. « Et donc ça, c’est une action sur laquelle je veux qu’on renforce le travail avec les associations, les services sociaux, les communes », a indiqué Emmanuel Macron.