Gard : Le département reste à gauche, avec l'élection de Françoise Laurent-Perrigot (PS)

ELECTIONS Elle a obtenu 22 voix, contre 3 pour le candidat du RN ce vendredi

Nicolas Bonzom

— 

Françoise Laurent-Perrigot
Françoise Laurent-Perrigot — Département du Gard

Françoise Laurent-Perrigot (PS) a été élue présidente du département du Gard, ce vendredi matin. C’est la première femme à accéder à ce poste. Cette retraitée de la fonction publique, âgée de 70 ans, succède à Denis Bouad (PS), qui a quitté son siège après son élection au Sénat, en septembre.

Au terme des trois tours de vote, elle a obtenu 22 voix, contre 3 pour Nicolas Meizonnet (RN). Il y a eu 15 enveloppes vides, et 4 bulletins blancs. Françoise Laurent-Perrigot était seule en lice au deuxième tour, mais elle n’avait pas obtenu la majorité absolue (24 voix). Au premier tour, elle faisait face à Joëlle Murré (centre), qui a obtenu 7 voix, et Richard Tibérino (LR), qui en a rassemblé 16. Françoise Laurent-Perrigot en avait déjà eu 22.

Son grand-père et son père ont déjà été élus au département

« Nos concitoyens attendent du travail, une écoute permanente, et des résultats, a confié François Laurent-Perrigot, après l’annonce de sa victoire. Je n’étais pas la candidate de tout le monde, mais je deviens la présidente de tous. »

La nouvelle présidente est née dans une famille très engagée en politique : son grand-père fut président du département, entre 1957 et 1961, et son père conseiller départemental. A sa mort, elle a été élue pour la première fois sur les bancs du département du Gard en 1981. Elle a été aussi maire d’Aigremont, entre 1985 et 2010, et sénatrice, entre 2008 et 2014.

En 2001, Françoise Laurent-Perrigot a été condamnée par la justice à 10 mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende dans une affaire d’emploi fictif.