Bretagne : « Les Bretons font plus pack que les autres », assure le nouveau préfet Emmanuel Berthier

ARRIVEE L’ancien directeur général des outre-mer a déjà officié à Quimper il y a plus de vingt ans

Camille Allain

— 

Le nouveau préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne Emmanuel Berthier, ici le 17 novembre 2020 à Rennes.
Le nouveau préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne Emmanuel Berthier, ici le 17 novembre 2020 à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Il quitte le soleil et la chaleur de l’outre-mer pour le soleil et la chaleur de la Bretagne. Débarqué lundi à Rennes, le nouveau préfet d’Ille-et-Vilaine et de Bretagne Emmanuel Berthier vient remplacer Michèle Kirry, nommée présidente du Conseil supérieur de l’appui territorial et de l’évaluation à Paris. « Je l’ai eue au téléphone longuement, comme ses prédécesseurs Patrick Strzoda et Christophe Mirmand. Ils m’ont tous les trois fait part de leur bonheur d’avoir servi ici », a lancé le nouveau préfet à la presse.

Né à Nancy il y a bientôt 62 ans, le représentant de l’État connaît déjà la région pour y avoir exercé les fonctions de secrétaire général de la préfecture de Quimper de 1998 à 2000. « J’y ai vécu des crises agricoles mais aussi le naufrage de l’Erika. J’avais pu constater à cette époque que les Bretons avaient fait preuve d’une grande résilience pour effacer les traces de ce drame le plus rapidement possible. Après quarante ans de nomadisme, je peux affirmer que la cohérence interne de la Bretagne est une réalité », a estimé le nouveau préfet. « Cela ne veut pas dire que les Bretons sont toujours d’accord mais ils font pack, et ils le font plus que les autres. »

Un déconfinement par région ? « Je ne pense pas »

Nommé au cœur d’une crise sanitaire sans précédent, Emmanuel Berthier s’est montré prudent sur l’évolution favorable de la circulation du coronavirus dans la région. Depuis quelques jours, le taux d’incidence a nettement baissé dans les quatre départements bretons, confirmant le statut de région la moins touchée par le Covid-19. « La tendance est positive mais il serait prématuré de relâcher les efforts, d’autant que les hospitalisations continuent à progresser. Nous espérons que ce reflux va se poursuivre ». Interrogé sur l’éventualité d’un déconfinement progressif par région, le nouveau préfet s’est montré sceptique. « A court terme, je ne pense pas que ça se fera mais ça ne dépend pas de moi. »