Attentat à Conflans : Bernard Cazeneuve dénonce des discours ambigus de « groupes gauchistes »

ISLAMISME « On crée les conditions d’une tension extrême, d’une stratégie de la confrontation à l’intérieur de la République », a affirmé l’ex-Premier ministre

20 Minutes avec AFP
— 
Bernard Cazeneuve, le 17 juillet 2019.
Bernard Cazeneuve, le 17 juillet 2019. — THOMAS SAMSON / AFP

Bernard Cazeneuve a fustigé ce lundi certains groupes politiques « gauchistes », qui font « s’affaisser la République » par leurs « discours ambigus ». L’ancien ministre réagissait à l’attentat survenu vendredi contre  un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet.

« Je parle bien entendu d’un certain nombre de députés insoumis qui ne se comportent pas de façon républicaine [et] sont grandement responsables de ce qui existe dans ce pays », a jugé l’ancien Premier ministre et ministre de l’Intérieur de François Hollande sur France Inter, interrogé sur la « solitude » des enseignants.



La « très grande responsabilité » de Mélenchon

« La République s’affaisse parce que, sur ses principes, certains ont la main qui tremble », a assuré Bernard Cazeneuve en pensant aux élus « qui s’arrangent avec les salafistes dans les quartiers ». « On crée les conditions d’une tension extrême, d’une stratégie de la confrontation à l’intérieur de la République », a-t-il ajouté.

Le rassemblement en hommage au professeur assassiné, Samuel Paty, dimanche place de la République à Paris, a été l’occasion pour certaines figures politiques de fustiger les positions de La France Insoumise, l’ancien Premier ministre Manuels Valls critiquant  Jean-Luc Mélenchon​ comme ayant « une très grande responsabilité dans cette lâcheté de la gauche » face à l’islamisme.

Visés par ces propos, les députés LFI se défendent

Jean-Luc Mélenchon a réagi à ces propos sur BFMTV, jugeant que « tous ces gens se défaussent de leurs propres responsabilités », et en faisant valoir que « ce n’est pas le moment de la dispute ». « Une bonne fois pour toutes : Jean-Luc Mélenchon n’est ni islamiste ni gauchiste ! », a lancé dans un entretien à Libération ce lundi le député et numéro deux de LFI Adrien Quatennens. « Nous avons la République au cœur, sans la géométrie variable et les petits arrangements de ceux qui nous insultent ! ».

Le député LFI Eric Coquerel a estimé sur Sud Radio que Manuel Valls « fait exactement ce que les terroristes attendent : se diviser, faire des attaques de ce type bassement politiciennes pour avoir accès à quelques médias ». Il a jugé « particulièrement insultants » les propos du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui, à plusieurs reprises, a accusé LFI d'« islamo-gauchisme ». « Ça me fait penser à judéo-bolchévique dans les années 1930 », a souligné Eric Coquerel.

Que faire face à l’islamisme ? Pour Bernard Cazeneuve, sur France Inter, « il faut tous les jours expulser ceux qui, étrangers, ont par leurs propos, par leurs actes, par leur comportement, incité à la haine, enfreint les règles de la République », a-t-il estimé, soulignant cependant les difficultés juridique et diplomatique de le faire. Il est aussi favorable à « la dissolution de toutes les associations dont les propos fracturent la République dans ses fondements ».