Coronavirus : Après l’annonce du couvre-feu par Emmanuel Macron, de la pédagogie avec Jean Castex

GOUVERNEMENT Le Premier ministre, accompagné des ministres de la Santé, de l’Intérieur, de l’Economie, et du Travail doivent détailler ces nouvelles mesures lors d’une conférence de presse à 14 heures

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre, Jean Castex, doit détailler les nouvelles mesures de restriction lors d'une conférence de presse ce jeudi
Le Premier ministre, Jean Castex, doit détailler les nouvelles mesures de restriction lors d'une conférence de presse ce jeudi — Emma PROSDOCIMI/SIPA

Après l’annonce, les explications détaillées. Au lendemain de l’annonce choc d’Emmanuel Macron d’une mise en place de couvre-feux de 21 heures à 6 heures du matin en Ile-de-France ainsi que dans les villes de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne, le gouvernement va devoir faire de la pédagogie.

Le Premier ministre, Jean Castex, accompagné des ministres de la Santé, Olivier Véran, de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de l’Economie, Bruno Le Maire, et du Travail, Elisabeth Borne, doivent détailler ces nouvelles mesures lors d’une conférence de presse à 14 heures ce jeudi face aux critiques de certains secteurs touchés comme la restauration.

« Continuer à avoir une vie économique »

Le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, a indiqué que se posera « très certainement la question du financement des mesures annoncées et qui seront précisées » par le Premier ministre, en évoquant la possibilité d’amender le budget 2021 en cours d’examen au parlement.

« L’objectif c’est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, que les écoles, les lycées et les universités soient ouvertes, que nos concitoyens puissent travailler tout à fait normalement et qu’il puisse y avoir une vie sociale » même restreinte, a justifié le président.

Les détails pour Paris annoncé vendredi par Hidalgo

A Paris, la maire PS Anne Hidalgo sera pour sa part dès jeudi matin sur le terrain dans un centre de dépistage du Covid-19, puis dans un hôpital pour y rencontrer notamment le chef du service d’infectiologie.

Transports en commun, règles pour les taxis, verbalisation des restaurants et des bars : les services de la mairie et de la préfecture de police ont indiqué qu’ils travailleraient dès jeudi sur la mise en œuvre des mesures annoncées avant une conférence de presse commune d’Anne Hidalgo et Didier Lallement, préfet de police, prévue vendredi en fin de matinée.

Des dérogations pour les auteurs et les artistes

« On avance avec l’Etat », a assuré une proche d’Anne Hidalgo, alors que l’édile parisienne a indiqué sur Twitter qu’elle allait solliciter « la ministre de la Culture pour trouver des solutions ou des dérogations pour que les auteurs et les artistes du spectacle vivant puissent continuer à présenter au public leurs créations dans le strict respect des règles sanitaires ».

Sans surprise, les fédérations professionnelles du secteur hôtellerie-cafés-restauration (HCR) ont fustigé le couvre-feu, qui « équivaut à une refermeture des établissements » et est « lourde de conséquences pour le secteur ». « On paralyse le pays parce qu’il manque de la place dans les hôpitaux », a aussi déploré le président de l’Association des médecins urgentistes de France, Patrick Pelloux, selon qui Emmanuel Macron n’a pas pris « la mesure de la crise hospitalière ».

A l’Assemblée nationale où le budget devait être examiné au même moment, les oppositions ont largement critiqué ces annonces. Avec le couvre-feu, les « hypothèses » économiques du budget 2021 ne « sont plus tenables », a dénoncé la députée LR Véronique Louwagie, alors que la patronne du groupe PS, Valérie Rabault, a jugé que le couvre-feu allait « affecter économiquement les restaurants et les salles de spectacles », en pointant « un défaut d’anticipation ». Un « budget mort-né », a encore dénoncé le LR Eric Woerth.