Coronavirus : Couvre-feu, télétravail, application de traçage... Les principales mesures annoncées par Emmanuel Macron

EPIDEMIE Couvre-feu, chômage partiel, télétravail… Voici cinq annonces détaillées par le président ce mercredi soir

O. G. avec AFP

— 

Coronavirus : Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur le couvre-feu — 20 Minutes
  • Interviewé ce mercredi soir sur TF1 et France 2, le président de la République a annoncé un couvre-feu en Ile-de-France et dans huit villes, où le virus circule beaucoup.
  • Il a également préconisé deux à trois jours de télétravail et des réunions privées limitées à six.
  • Et annoncé une aide exceptionnelle pour les bénéficiaires du RSA et des allocations logement pendant les six semaines qui viennent.

Le ton était sérieux, les mesures drastiques car aucun indicateur ne permet aujourd’hui de rassurer vis-à-vis de l’épidémie de Covid-19 en France. Le président Emmanuel Macron, interviewé par deux journalistes depuis l’Elysée ce mercredi soir sur TF1 et France 2 l’a dit : la France fait face à une deuxième vague et doit donc prendre des mesures plus contraignantes. Et ce n’est pas fini… « Nous en avons jusqu’à l’été 2021 au moins avec ce virus, tous les scientifiques sont clairs », a affirmé Emmanuel Macron, en disant vouloir parvenir à « baisser le nombre de contaminations par jour de 20.000 à 3.000 ou 5.000 ». Voici un résumé des annonces du chef de l'Etat.

  • Couvre-feu de 21 h à 6h dans une région et huit métropoles

« La décision que nous avons prise, c’est un couvre-feu à la région Ile-de-France, où le virus circule activement et à huit métropoles : Grenoble, Lille, Aix-Marseille, Lyon, Montpellier, Saint-Etienne, Toulouse et Rouen », a annoncé Emmanuel Macron. Il n’y aura pas une interdiction de circuler, mais une stricte limitation aux bonnes raisons. On n’ira plus au restaurant, chez des amis, faire la fête… »

Sous peine d’amende et sous contrôle policier. En cas d’infraction à cette règle, une amende de 135 euros sera en effet appliquée. En cas de récidive, elle s’élèvera à 1.500 euros. Une restriction de taille qui sera mise en place à partir de ce samedi, 21 h et jusqu’à 6h du matin pendant au moins un mois.

Le chômage partiel à 100 % sera prolongé pour les professionnels impactés (événementiel, artistique, restauration…).

  • Les vacanciers épargnés

A quelques jours des vacances de la Toussaint, Emmanuel Macron a rassuré les Français qui souhaitent quitter les métropoles soumises à des couvre-feu pour passer leurs vacances à la campagne ou ailleurs, mais en respectant les règles de distanciation sociale. «Demander aux gens de rester confinés dans un appartement et de ne pas aller dans un lieu de vacances, ce serait disproportionné», a déclaré le président, appelant toutefois les vacanciers à respecter «les règles comme s'ils étaient chez eux» lors de leurs déplacements.

  • Deux à trois jours de télétravail par semaine

Emmanuel Macron a préconisé ce mercredi soir « deux à trois jours de télétravail par semaine » dans les entreprises où cela est possible et pertinent, pour « réduire un peu la pression collective et la circulation ». « Il faut que ce soit aussi négocié dans les branches et au plus près dans l’entreprise », a souligné le chef de l’Etat, tout en relevant qu’on « a besoin d’échanger avec les collègues de travail ».

  • Nouvelle stratégie de dépistage

Emmanuel Macron a promis une nouvelle « stratégie » de tests pour détecter les cas de Covid afin de « pouvoir réduire drastiquement les délais », en reconnaissant qu'« on a rencontré de vraies difficultés sur le sujet ».

Il a indiqué que cela passerait par de nouvelles techniques, comme les tests antigéniques, qui ont été autorisés, et la possibilité de s’auto-tester. 

  • Nouvelle appli pour tracer les malades

Prenant acte de l'échec de l'application StopCovid, le président a demandé le lancement d'une nouvelle application de traçage des malades du coronavirus. Baptisée, «Tous Anti-Covid», cette solution sera présentée le 22 octobre. Elle fournira de nouveaux services, comme les lieux où se faire tester, ou l’état de circulation du virus.

  • Limiter à six personnes les réunions privées

Emmanuel Macron a demandé ce mercredi aux Français « d’au maximum ne pas être plus de six à table » dans les réunions privées, afin de freiner la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus. Comme dans les restaurants, « cette règle de six au maximum pour notre vie personnelle, il faut le faire », a-t-il préconisé, en recommandant aussi de « mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis ».

  • Une aide de 150 euros pour les bénéficiaires du RSA

Les bénéficiaires du RSA et des allocations logement auront « une aide exceptionnelle pendant les six semaines qui viennent de 150 euros, plus 100 euros par enfant », a annoncé Emmanuel Macron. « Ce qui permettra d’aller entre 100 et 450 euros, ce qui est plus qu’une revalorisation », a poursuivi le président.