Besson, Hortefeux, Bertrand... le jeu de chaises musicales se précise au gouvernement

POLITIQUE Le «mini-remaniement» devrait intervenir dans les tout prochains jours...

Catherine Fournier

— 

Brice Hortefeux, lors de sa conférence de presse bilan le 13 janvier 2008.
Brice Hortefeux, lors de sa conférence de presse bilan le 13 janvier 2008. — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Ce n’était encore que des rumeurs il y a quelques semaines. Désormais, le scénario du «mini-remaniement» gouvernemental semble quasiment acquis. Et imminent. Si l'annonce n’interviendra pas mercredi, comme l’a indiqué Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, elle devrait avoir lieu dans «trois, quatre jours», selon Roger Karoutchi, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement. Soit «le temps nécessaire pour les derniers ajustements».

Contrairement à ce qui avait été avancé un temps, ce jeu de chaises musicales se limitera à quelques «retouches», le gros du remaniement étant attendu après les Européennes de juin 2009. Rachida Dati, un temps donné partante, conserverait ainsi le ministère de la Justice pour l’instant.

Besson remplace Hortefeux qui remplace Bertrand qui remplace Devedjian...

Après le remplacement de Jean-Pierre Jouyet, nommé à la tête de l’Autorité des marchés financiers, par Bruno Lemaire aux Affaires européennes, l'Elysée devrait donc annoncer quelques menus changements, liés en partie au renouvellement des instances dirigeantes de l’UMP.

Xavier Bertrand, qui va remplacer à partir du 24 janvier Patrick Devedjian (nommé ministre de la Relance, ndlr) à la tête de l’UMP, laisse le portefeuille des Affaires sociales vacant. C’est Brice Hortefeux, un temps pressenti à l’Intérieur, qui devrait le récupérer. Le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, du coup, devrait être confié à Eric Besson, secrétaire d’Etat chargé de l’Economie numérique et ex-membre du Partis socialiste.

Le nom de Bruno Retailleau, bras droit de Philippe de Villiers et sénateur de Vendée, circule pour le remplacer. Selon «Le Figaro», Nicolas Sarkozy veut ainsi envoyer un message aux électeurs villiéristes en vue des élections européennes.