Présidentielle 2022 : Gérard Larcher et Christian Jacob vont préparer un « système de départage » des candidats LR

PARTIS Le président du Sénat et le président de Les Républicains veulent mettre en place un « système de départage » des futurs candidats du parti à la présidentielle

20 Minutes avec AFP

— 

Larcher et Jacob vont préparer
Larcher et Jacob vont préparer — Jacques Witt/SIPA

La décision intervient après que François Baroin a renoncé à se présenter à l’élection. « Avec le président de notre parti, je veux travailler dans les semaines à venir à vous proposer un système de départage qui doit assurer la présence d’un seul candidat de la droite et du centre » en 2022, a déclaré le président du Sénat Gérard Larcher à la journée des parlementaires Les Républicains. Celle-ci a eu lieu ce jeudi à l’Assemblée nationale au lieu de Nîmes, en raison de l’épidémie de coronavirus.

Christian Jacob, le président LR a précisé qu’ils proposeraient ce dispositif « après » les élections régionales du printemps, et qu’il serait « soumis à l’approbation des militants », à moins qu’un seul candidat « n’émerge » d’emblée. Mais « nous n’avons aucune chance de faire triompher (la droite) si nous nous tirons dans le dos », a lancé le président de la délégation LR au Parlement européen, François-Xavier Bellamy.

Une « guerre de tranchées »

Ravivant les divisions d’antan, il a dénoncé une « guerre de tranchées » interne au parti, visant nommément hors de l’estrade le secrétaire général de LR Aurélien Pradié. « Je suis assez affligé de voir que notre famille politique se livre, depuis quelques semaines, à une sorte de guerre des tranchées, qui ressemble plus à une guerre des boutons qu’à un vrai débat de fond, à travers des petits confidentiels » dans la presse, a déploré l’eurodéputé.

Le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, qui ne cache pas ses ambitions présidentielles, a salué le « courage » et la « sincérité » de M. Bellamy, élu conservateur dont il est proche. « Nous ne devons pas céder aux attaques personnelles », a-t-il dit. Gérard Larcher a affirmé à cet égard qu’on « peut débattre, on peut se confronter » chez les Républicains, « mais on doit se respecter ».

Jouer « collectif »

« Rassemblons-nous au sein de notre famille. Evitons les formules, les mots inutiles, les mots blessants, évitons de nous donner des leçons, (…) j’ai simplement envie qu’on se retrouve et (…) que nous offrions une alternative, que nous ayons un projet », a-t-il lancé.

Le chef de file des députés LR Damien Abad a aussi invité les parlementaires de son camp à jouer « collectif », pour présenter en 2022 un candidat « d’alternance à Emmanuel Macron » et d’opposition « à l’extrémisme de Marine Le Pen », malgré des « sensibilités différentes ».