Congrès du PS : Hélène Geoffroy annonce sa candidature contre Olivier Faure pour diriger le parti

PRENDRE LA TETE Les socialistes départageront l’actuel premier secrétaire Olivier Faure et l’ancienne secrétaire d’Etat les 12 et 13 décembre à Villeurbanne

20 Minutes avec AFP

— 

Hélène Geoffroy en 2016.
Hélène Geoffroy en 2016. — PDN

Le Premier secrétaire du PS depuis mars 2018 ne sera pas seul en course pour briguer la tête du parti, au congrès de décembre. La maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy a annoncé mercredi préparer une motion concurrente à celle d’Olivier Faure qui veut obtenir un second mandat.

« 100 ans d’histoire »

Lors de ce rassemblement, prévu à Villeurbanne les 12 et 13 décembre, Hélène Geoffroy présentera un texte d’orientation, confirmant une information de l’Obs. « Je veux m’opposer à ce que je vis actuellement comme une stratégie d’effacement du Parti socialiste », explique l’édile, également vice-présidente du Grand Lyon chargée de l’Egalité des territoires. « Nos 100 ans d’histoire » et la victoire de nombreux socialistes aux municipales en juin font que « nous ne devons pas nous effacer mais redevenir la force centrale de la gauche », ajoute cette ancienne secrétaire d’Etat à la Ville (2016-2017).

Hélène Geoffroy entend ainsi porter les critiques venant de certaines figures socialistes, notamment des proches de François Hollande et Bernard Cazeneuve, sur la stratégie d’alliances d’Olivier Faure. Celui-ci prône l’union de la gauche comme prérequis aux victoires électorales. Il avait par exemple déclaré, après les municipales, être « prêt à se ranger » derrière une candidature écologiste pour l’élection présidentielle. « On ne doit pas se définir par rapport aux autres mais par rapport aux sujets que nous voulons porter, comme la justice sociale », argue Hélène Geoffroy.

Ne pas s’effacer

Lors des universités d’été du parti, à Blois fin août, « j’ai vu qu’il y avait une attente » et depuis plusieurs jours « je prépare un texte, j’appelle tout le monde, des élus locaux, des responsables fédéraux, des militants », raconte-t-elle. « Elle a vu comme on s’est fait effacer dans la métropole de Lyon » par les Verts, a commenté pour sa part l’ancien maire d’Argenteuil Philippe Doucet, membre du conseil national du PS et l’un des premiers soutiens du projet d’Hélène Geoffroy. « Le parti n’a pas travaillé idéologiquement depuis trois ans », a-t-il cinglé.

La motion sera déposée lors du Conseil national du 24 octobre. Mais « il sera difficile pour Hélène Geoffroy de s’expliquer sur ses accointances avec LREM. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler une démarche d’affirmation » du PS, a réagi un cadre du parti. Il faisait ainsi référence à la présence de la socialiste sur la liste de David Kimelfeld, ancien président LREM de la métropole de Lyon, candidat dissident aux élections de 2020 après l’adoubement de Gérard Collomb par le parti présidentiel.