Présidentielle 2022 : François Baroin confirme qu'il ne sera pas candidat

FORFAIT François Baroin a un temps été vu comme le favori pour mener la droite lors de l’élection de 2022

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

François Baroin est le maire de Troyes depuis 1995.
François Baroin est le maire de Troyes depuis 1995. — Jacques Witt/SIPA

On commençait à s’en douter depuis la fin de l’été mais cela semble se confirmer : François Baroin ne sera pas le candidat de Les Républicains à la présidentielle de 2022. Le maire de Troyes tout juste réélu le dit à qui veut l’entendre, en privé, depuis quelques jours, auprès d’élus et d’élues qu’il rencontre. C’est ce qu’affirme le journal L’Opinion, confirmé par France Info. Il ne devrait pas y avoir d’annonce officielle néanmoins, vu le contexte épidémique.

« Je n’en ai pas envie. Je suis très heureux dans ce que je suis, dans ce que je fais aujourd’hui », dit celui qui est président de la puissante Association des maires de France. Alors que la droite semble en mal d’incarnation en vue de la présidentielle de 2022, la figure de François Baroin a semblé, un temps, une option crédible pour la présidentielle de 2022. Mais, dès la fin de l’été dernier, des indiscrétions de presse ont laissé entendre que le maire de Troyes n’était finalement pas si intéressé.

Pas de retraite politique pour autant

Âgé de 55 ans, François Baroin, maire depuis vingt-cinq ans de la préfecture de l’Aube, longtemps député, plusieurs fois ministre et proche de l’ancien président Jacques Chirac, ne compte néanmoins pas prendre sa retraite. « Je reste dans ma famille politique, la droite, je serai là pour le choix du candidat, et pour aider ensuite, en participant notamment au débat intellectuel », dit Baroin d’après des propos rapportés par France Info.

Le retrait de François Baroin quasiment acté, c’est Xavier Bertrand, le président ex-LR de la région Hauts-de-France qui semble faire figure de favori pour être le candidat de la droite classique en 2022. Il lui reste, au moins, à se faire réélire, au printemps prochain, président de cette région : tout un défi. Rachida Dati, cheffe de l’opposition au Conseil de Paris, Bruno Retailleau, le président des sénateurs et sénatrices LR ont aussi fait connaître leur intérêt pour une candidature. Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, pourrait aussi être sur les rangs.