Projet de loi sur les « séparatismes » : Les oppositions pas convaincues par Macron

REACTIONS Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi son plan d’action pour mieux protéger la République contre les « séparatismes », principalement celui de l’islamisme radical

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon le 2 octobre 2020 dans le Doubs.
Jean-Luc Mélenchon le 2 octobre 2020 dans le Doubs. — AFP

A droite comme à gauche, l’offensive contre le « séparatisme islamiste » d’ Emmanuel Macron n’a pas convaincu. Ses opposants font la critique d'un discours qu'ils estiment hors sujet.

Le Rassemblement national et une partie de la droite tirent à boulets rouges sur les propositions du chef de l’Etat exposées ce vendredi aux Mureaux (Yvelines). « Ce texte sera un coup pour rien », pronostique le député LR, Eric Ciotti à propos du futur projet de loi.

Le RN aurait aimé entendre parler d’immigration

Au RN, le député du Nord Sébastien Chenu critique des mesures « timides et parfois inquiétantes » tandis que Gilbert Collard, député européen, salue « un bon programme » mais « détruit de l’intérieur » par le rôle confié au Conseil français du culte musulman qu’il estime « noyauté » par les Frères musulmans. « Pas un mot sur l’immigration massive qui est le terreau du communautarisme », ajoute le RN dans un communiqué.

A gauche, les réactions sont plus nuancées, quant au constat dressé par le chef de l’Etat, mais on estime que les solutions avancées par le président ne s’attaquent pas aux vraies causes. Le patron du Parti socialiste Olivier Faure admet que les propositions présidentielles « évitent le piège de la stigmatisation de toute une religion » mais regrette l’absence d’une inflexion de la politique économique et sociale.

A gauche, le regret d'une stigmatisation de l'islam

« Emmanuel Macron pose un diagnostic plutôt juste sur les faiblesses de notre République mais réduit ses réponses à l’islam. Rien sur les quartiers que la République abandonne », observe le député PCF de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Peu. Chef de file de LFI, Jean-Luc Mélenchon a fustigé pour sa part le « caractère hypocrite et malfaisant » du discours d’Emmanuel Macron, lors d’un déplacement dans le Doubs.

« Le discours sur le séparatisme, c’est une mise une scène dramatisante absolument inutile : la loi, telle qu’elle est aujourd’hui, permet de réprimer les actes délictueux tels que d’éventuels prêches, de quelque religion que ce soit, contre la République ou appelant à la violence », a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, Emmanuel Macron « épouse une certaine opinion dans le pays » qui estime que « tous les problèmes viennent de l’islam ». Le futur projet de loi contre les séparatismes doit être présenté le 9 décembre avant d’être débattu en 2021, au Parlement.