Occitanie : Robert Ménard et Brigitte Barèges affichent ouvertement leur complicité

A DROITE Reçu par la maire LR de Montauban, l'élu de Béziers, proche du FN, a prôné une union de la droite

20 Minutes avec AFP

— 

Robert Ménard, le maire de Béziers, lors d'une réunion publique à Sète.
Robert Ménard, le maire de Béziers, lors d'une réunion publique à Sète. — Alain ROBERT/SIPA

On ne sait pas si cette rencontre augure encore une liste pour les prochaines élections régionales. Ce jeudi, le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du RN, était en visite à Montauban, sur les terres de la maire LR  Brigitte Barèges. Les deux maires de droite tenaient une conférence commune pour parler du rôle de premier plan jouer par les édiles locaux.

Ils ont surtout montré une complicité, affichant un plaidoyer pour l’union de la droite qui devrait, selon Robert Ménard, être incarnée par une « sorte d’aventurier de droite ».

« Les partis entretiennent de fausses divergences et concurrences (…) Aujourd’hui, tous les partis de droite sont un obstacle à cette union du peuple de droite que j’appelle de mes vœux. Si on continue comme cela on perdra les élections une fois de plus », a-t-il encore déploré, espérant de ses vœux qu’à « toutes les échéances, l’ensemble de la droite se retrouve ». Avant de préciser qu’il ne voyait pas Marine Le Pen incarner cette figure du rassemblement, lui préférant un provincial et figure de terrain.

Une proposition loin d’être contredite par la maire Les Républicains de Montauban. Cette dernière a fait l’objet de vives critiques lorsqu’elle a annoncé cette rencontre. La députée socialiste du Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault, avait alors jugé qu’avec cette réunion, Brigitte Barèges « assume une ligne qui ne souffre d’aucune ambiguïté » et « se rapproche du Rassemblement National ».

« Les LR m’avaient demandé des comptes sur la venue de Ménard et Christian Jacob a bien compris la démarche. Je ne pense pas qu’il l’ait condamnée dès l’instant où l’on reste sur la gestion municipale. Les autres niveaux d’élection, nous n’avons pas la prétention de les régler mais d’y participer oui », a-t-elle indiqué.

Le maire de Béziers a jugé lui « sidérant que le simple fait de se parler soit un événement entre personnes d’horizons différents. Cela devrait être la règle même si l’on n’est pas d’accord sur tout. Parler de nos villes et pourquoi pas de la suite pour la France ».

Mais dans son propre camp, cette complicité affichée avec la maire de Montauban a fait grincer. Dans un tweet réagissant à une alliance de Robert Ménard avec Les Républicains aux futures régionales avancée par Valeurs actuelles, le maire RN de Perpignan y a vu « le genre d’arrangement qui n’arrangerait ni le quotidien des habitants de notre région, ni le quotidien des Français qui ne veulent plus de ces bidouillages ».