« Si le Parlement européen ne se réunit qu’à Bruxelles, on est foutus », déclare Emmanuel Macron

EUROPE Au lendemain de l’annulation de la session d’octobre du Parlement européen à Strasbourg, session déplacée à Bruxelles, Emmanuel Macron a lancé une phrase choc lors de son passage en Lituanie ce mardi

G.V. avec AFP

— 

Emmanuel Macron ce mardi 29 septembre à Vilnius en Lituanie. (Photo  Ludovic MARIN / AFP)
Emmanuel Macron ce mardi 29 septembre à Vilnius en Lituanie. (Photo Ludovic MARIN / AFP) — AFP

Nouvel épisode dans la bataille du siège du Parlement Européen à Strasbourg​. Au lendemain de l’annonce du déplacement de la session plénière d’octobre de Strasbourg à Bruxelles à cause de la pandémie, la sixième fois, le président Emmanuel Macron a lancé une phrase choc ce mardi à Vilnius (Lituanie) : « Si le Parlement européen ne se réunit qu’à Bruxelles, on est foutus, car dans dix ans tout sera à Bruxelles. Et les gens ne se parleront plus qu’entre eux à Bruxelles. Or l’Europe ce n’est pas cette idée-là », a-t-il ajouté.

« En ce moment, je défends mordicus l’idée que le Parlement européen doit se réunir à Strasbourg », a précisé le président français devant des étudiants au second jour de sa visite en Lituanie. Dans la foulée, le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, qui est également à Vilnius et qui était venu à Strasbourg début septembre rappeler le soutien de la France a tweeté : « Soutien indéfectible, impératif d’un retour rapide » du Parlement à Strasbourg.

Des déclarations qui s’inscrivent dans un débat tendu car de nombreux partisans et eurodéputés veulent un siège unique établi à Bruxelles alors que, selon les traités européens, l’institution a son siège à Strasbourg où se tiennent habituellement douze sessions plénières de trois jours et demi par an.

« L’Europe a besoin de lieux »

Dans une lettre, Emmanuel Macron avait pourtant demandé au président du Parlement européen, David Sassoli, le retour des sessions plénières à Strasbourg « dès octobre ». Une annulation et un report à Bruxelles expliqué par David Sassoli par « la récente hausse du taux de transmission du virus en France, y compris dans le département du Bas-Rhin ». Ce dernier a précisé, tout comme il l’a fait le mois dernier, que le Parlement tiendrait « à nouveau ses sessions à Strasbourg dès que les conditions le permettront ».

Devant les étudiants de l’université de Vilnius, Emmanuel Macron a affirmé tenir énormément « à l’idée de partage de lieux » au sein de l’Union européenne. « L’Europe a besoin de lieux », a-t-il affirmé, en défendant notamment le projet d’une université européenne.