Le PS tiendra son prochain congrès à Villeurbanne mi-décembre

MOTION Olivier Faure sera candidat à sa propre succession à la tête du parti

20 Minutes avec AFP

— 

Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, lors du congrès du PS en 2018. (archives)
Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, lors du congrès du PS en 2018. (archives) — CHAMUSSY/SIPA

Le PS tiendra son congrès les 12 et 13 décembre à Villeurbanne (Rhône) pour « affirmer son identité » socialiste, prélude au « rassemblement » avec la gauche et les écologistes, a affirmé dimanche son premier secrétaire Olivier Faure. « Ce doit être un congrès d’affirmation de l’identité » des socialistes, un « congrès de mobilisation » pour une « refondation », « nous ne sommes pas un parti musée qui glorifie les anciens », a affirmé Olivier Faure, lors d’un Conseil national du PS à Paris. Il avait annoncé plus tôt au Journal du dimanche qu’il serait candidat à sa propre succession à la tête du parti.

Selon ses statuts, le PS doit organiser un congrès tous les deux ans. Olivier Faure avait été élu premier secrétaire en avril 2018, à Aubervilliers, un an après les lourdes défaites de 2017. Depuis, il a exprimé sa volonté de jouer la carte du « rassemblement de la gauche et des écologistes » dans la perspective de la présidentielle de 2022. « Le temps est venu de la réaffirmation de notre identité », a-t-il répété. Ensuite, viendra le temps du « rassemblement » et « aucune main ne sera rejetée ».

L'alliance avec la France insoumise en question

« Je ne suis pas contre les Insoumis », a-t-il insisté, alors que Jean-Luc Mélenchon, le chef de LFI, a appelé à des discussions allant d’EELV à la gauche de la gauche pour les régionales et départementales de 2021, en excluant le Parti socialiste du périmètre. Mais « Adrien Quatennens, a ouvert la porte » à de possibles alliances, a affirmé Olivier Faure, faisant référence aux déclarations samedi du numéro deux de LFI, lors de « la fête de l’Huma autrement » à la Bellevilloise. Ce dernier avait lancé, devant Olivier Faure, « posons les sujets qui font débat entre nous. Se fédérer oui, mais dans la clarté ».

« Ce dialogue va se nouer sur des bases claires », lui a fait écho le chef du PS. « Le rassemblement, c’est le moment où chacun arrive avec son identité propre » et à Villeurbanne, « nous ferons des propositions, de façon à pouvoir dire, au moment du rassemblement 'voilà ce que nous apportons dans la corbeille'».

Pour 2022, « je veux un contrat de gouvernement de coalition. La question de l’incarnation viendra en son temps », a également affirmé Olivier Faure pour qui, sans rassemblement, « la gauche sera absente du second tour ». Se poserait alors « la question de notre effacement », a-t-il mis en garde.