Nicolas Sarkozy associe les mots « nègres » et « singes » dans « Quotidien » et suscite l’indignation

RACISME L’ancien président de la République a fait une association de mots racistes dans l’émission de TMC où il venait promouvoir son livre

R. G.-V.

— 

Nicolas Sarkozy se met le doigt dans l’œil.
Nicolas Sarkozy se met le doigt dans l’œil. — ISOPIX/SIPA

Est-ce une erreur ? Ou un lapsus, raciste, en l’espèce ? En tout cas une association d’idées qui pose problème. Jeudi soir, lors de l’émission Quotidien, Nicolas Sarkozy a ironisé sur le changement de titre en France du roman d’Agatha Christie, Dix petits nègres, titre qui a une forte connotation raciste. Il l’a associé avec le mot « singe », qui peut lui aussi avoir une forte interprétation raciste.

« Cette volonté des élites, qui se pincent le nez, qui sont comme les singes qui n’écoutent personne… Je ne sais plus, on a le droit de dire “singe” ? Parce que… On n’a plus le droit de dire les… On dit quoi, Les dix petits soldats (Ils étaient dix, en réalité) maintenant ? C’est ça ? Ouais… Elle progresse la société ! (…) Oui, bah on n’a plus le droit maintenant. On a peut-être le droit de dire “singe” sans insulter personne. »

Réactions virulentes

L’ancien chef de l’Etat s’est, pour le moins, largement emmêlé les pinceaux en voulant critiquer le changement de titre du roman d’Agatha Christie (qui avait déjà changé de titre dans sa version originale en 1940) comme nouvel avatar de la « bien-pensance » visiblement honnie par Nicolas Sarkozy. L’ancien chef de l’Etat a créé le malaise sur le plateau de l’émission de TMC, où personne n’a relevé l’association d’idées nauséabonde.

Ce n’est bien sûr pas le cas sur Twitter où, toute la nuit, les réactions indignées se sont multipliées, jusqu’à des responsables politiques de premier plan, comme l’eurodéputé Yannick Jadot. L’écologiste parle de « naufrage raciste » de Nicolas Sarkozy. Le chef du PS, Olivier Faure, a aussi parlé de « racisme sans masque ».

Le journaliste et éditorialiste, Claude Askolovitch, a aussi réagi, parlant d’une « catastrophe ». L’ancienne journaliste et désormais élue de Paris, Audrey Pulvar, a, elle, qualifié les paroles de Nicolas Sarkozy de « racisme décomplexé ».

L’ancien chef de l’Etat n’a pas (encore) réagit à la polémique.