Gouvernement : L’insécurité au menu d’un séminaire de rentrée

MONTEE DES VIOLENCES La réunion se tiendra en visioconférence, le Premier ministre étant à l’isolement après avoir été en contact avec Christian Prudhomme positif au coronavirus

20 Minutes avec AFP
— 
Le Premier ministre Jean Castex lors d'un discours devant des policiers à Dijon le 10 juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex lors d'un discours devant des policiers à Dijon le 10 juillet 2020. — JC Tardivon/SIPA

Coronavirus oblige c’est un séminaire gouvernemental à distance que va présider le Premier ministre ce mercredi. A la demande d’Emmanuel Macron, Jean Castex va plancher avec ses ministres sur l’insécurité, thème dont s’est saisie la droite. Le Conseil des ministres ainsi que ce séminaire de rentrée prévu dans la foulée se tiendront tous deux intégralement en visioconférence. Une mesure qui n’a plus été mise en place depuis le confinement.

Une semaine à l’isolement

Cette précaution sanitaire surprise a été déclenchée par la décision du Premier ministre Jean Castex de rester à l’isolement pour la semaine, après un test négatif au Covid-19 mais qu’il doit réitérer dans quelques jours. Le Premier ministre a en effet dû se faire tester mardi après avoir appris que le directeur du Tour de France Christian Prudhomme, avec qui il a passé deux heures en voiture samedi, était positif. Jean Castex restera isolé jusqu’à « J + 7 », au moins jusqu’à samedi, puis se fera retester, en application des règles sanitaires.

Selon le vœu du chef de l’Etat, son gouvernement doit donc plancher sur l’insécurité, conscient que cette inquiétude est remontée en deuxième place chez les Français, après le Covid, en raison d’une série d’agressions choquantes. Autre sujet qu’Emmanuel Macron juge prioritaire, le séparatisme, notamment islamiste, qui fera l’objet d’un prochain projet de loi à l’automne.

Marine Le Pen en profite

Reconnaissant une « banalisation de la violence », le chef de l’Etat et son Premier ministre veulent en particulier une accélération de la réponse judiciaire, pour éviter des lenteurs qui donneraient un sentiment d’impunité. « On comprend que nos concitoyens soient inquiets de la montée de la violence », a déclaré mardi Jean Castex dans les Landes, alors que Marine Le Pen, qui mise sur ce thème, dénonce « la barbarie qui s’installe ».

Au-delà des sujets « régaliens », le séminaire abordera les priorités des prochains mois, dont le plan de relance et les mesures contre l’épidémie. Ce séminaire sera aussi l’occasion de mettre de l’ordre dans un calendrier législatif très embouteillé, alors que Jean Castex a indiqué mardi que la loi permettant d’imposer des restrictions de déplacements ou de rassemblements devrait « sûrement » être prolongée au-delà du 30 octobre.