Marine Le Pen s’est bien opposée aux lois du gouvernement sur la sécurité, comme l’affirme Gérald Darmanin

FAKE OFF Le ministre de l'Intérieur a affirmé que la députée RN n'avait « pas voté » les lois portées par le gouvernement en matière d'antiterrorisme, de sécurité et d'immigration. « 20 Minutes » a vérifié cette déclaration

Fake off 20 Minutes

— 

Marine Le Pen, lors d'un débat sur la politique migratoire à l'Assemblée nationale, le 7 octobre 2019.
Marine Le Pen, lors d'un débat sur la politique migratoire à l'Assemblée nationale, le 7 octobre 2019. — Jacques Witt/SIPA
  • Citant trois projets de loi portant sur la sécurité, Gérald Darmanin a soutenu que Marine Le Pen ne les avait pas votés à l'Assemblée nationale.
  • 20 Minutes s'est penché sur cette déclaration.
  • Marine Le Pen a fait de l'insécurité un de ses thèmes pendant sa rentrée politique, ce week-end à Fréjus.

Une nouvelle passe d’armes entre le gouvernement et la dirigeante du Rassemblement national. Marine Le Pen a-t-elle refusé de voter des lois portant sur la sécurité et l’immigration, thèmes qu’elle a abordés pendant la rentrée politique de son parti, ce week-end à Fréjus ? C’est ce qu’a soutenu Gérald Darmanin lundi.

La présidente du RN, qui siège depuis 2017 à l’Assemblée nationale, « n’a pas voté la loi de Gérard Collomb portée par le président de la République contre le terrorisme. Elle n’a pas voté les lois de finances […] pour augmenter de 10.000 [le nombre de] policiers et gendarmes », a affirmé le ministre de l’Intérieur sur BFMTV et RMC. « Elle n’a pas non plus souhaité voter tout le travail qu’on a fait contre l’immigration irrégulière et contre le dévoiement du droit d’asile. »

20 Minutes a vérifié cette affirmation du ministre de l’Intérieur.

FACT-CHECKING

Marine Le Pen s’est bien opposée aux projets de loi évoqués par Gérald Darmanin. Ayant pris la parole à plusieurs reprises pendant les débats pour le projet de loi antiterroriste, la députée avait auparavant qualifié ce projet de « supercherie ». Elle avait voté contre en première lecture, en octobre 2017.

Le texte avait divisé les députés : des élus de gauche avaient dénoncé « un état d’urgence permanent », tandis que d’autres, à droite, réclamaient un durcissement.

En 2018, le projet de loi portant sur l’asile et l’immigration avait lui aussi reçu l'opposition de Marine Le Pen en première lecture, qui l'avait qualifié de loi « nulle et vide ».

Quant aux trois lois de finance votées depuis 2017, elles n’ont pas non plus reçu le vote de l’élue RN. Toutefois, celle-ci a voté cette année en faveur du deuxième projet de loi de finances rectificative, adopté pour faire face à la crise déclenchée par la pandémie de Covid-19.

Depuis qu’elle siège dans l’hémicycle, Marine Le Pen s’est opposée à la majorité des projets de loi présentés par le gouvernement. En 2018, elle avait toutefois voté en première lecture en faveur du projet de loi antifraude, porté alors par… Gérald Darmanin.