Législatives 2022: Gérald Darmanin n'exclut pas « une dose de proportionnelle »

ELECTIONS Le Modem réclame la proportionnelle intégrale

20 Minutes avec AFP
— 
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur.
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur. — Eric TSCHAEN/POOL/SIPA

Gérald Darmanin a indiqué ce lundi travailler à l’introduction possible d'« une dose de proportionnelle » lors des prochaines élections législatives de 2022. « Le ministère de l’Intérieur est en train de regarder et de proposer (…) au président de la République et au Premier ministre (…) On a parlé avec le président de la République, on ne parle pas que de ça, mais on parle aussi de ça », a-t-il dit sur BFMTV et RMC.

« Au moment où les maires ne peuvent pas cumuler avec un mandat de parlementaire, au moment où les Français se disent qu’ils ne sont pas assez bien représentés dans leur courant de pensée, je trouve qu’effectivement la proportionnelle est un moyen sans doute efficace de le faire », a-t-il souligné. « A condition, pour ma part, que la majorité [la liste qui sortira en tête] puisse l’avoir [la majorité des voix]. Puisque les errements de la IVe République, c’est la proportionnelle sans la majorité », a-t-il rappelé.

Le Modem demande une proportionnelle intégrale, Emmanuel Macron hésiterait

Interrogé pour savoir si la proportionnelle intégrale (pas de sièges supplémentaires pour la liste arrivée en tête) pourrait être introduite, il a seulement répondu qu’il présentera au chef de l’Etat « les commandes qu’il (lui a) demandées » et qu’Emmanuel Macron « aura l’occasion de proposer des choses aux chefs des partis ».

Le MoDem, allié de la majorité présidentielle, avait de son côté demandé en août, par la voix du chef de file de ses députés Patrick Mignola, des législatives 2022 à la proportionnelle intégrale, afin que le pouvoir soit « mieux partagé » avec les Français.

Selon les informations de nos collègues de L'Express, Emmanuel Macron hésiterait surtout entre une proportionnelle intégrale où l’ensemble des députés seraient élus sur des listes départementales, ou alors le modèle des sénatoriales, où l’élection dépendrait du nombre de sièges disponibles : la proportionnelle serait introduite uniquement dans les départements où sont élus au moins trois députés..