La lutte contre le trafic de stupéfiants est la « première priorité » de Gérald Darmanin

GOUVERNEMENT Le ministre de l’Intérieur veut « sanctionner tout le monde, y compris dans les beaux quartiers de Paris »

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. — Romain GAILLARD-POOL/SIPA

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a assuré que la lutte contre les trafics de stupéfiants serait sa « première priorité », ce dimanche dans une interview au Parisien, à quelques jours d’un séminaire gouvernemental sur les questions de sécurité.

La lutte contre le trafic de stupéfiants « doit être l’alpha et l’oméga de toutes nos interventions », a déclaré le ministre au quotidien. « A travers ce sujet, il y a la lutte contre le crime organisé, avec la traite des êtres humains et le financement du terrorisme, mais aussi une grande mesure de santé publique », a-t-il ajouté.

« Sanctionner tout le monde »

« Il faut sanctionner tout le monde, y compris dans les beaux quartiers de Paris », a encore dit le ministre, dressant un premier bilan de la mise en place de l’amende forfaitaire de 200 euros pour les consommateurs de stupéfiants.

« 558 amendes ont été dressées dans les cinq territoires » [Rennes, Reims, Créteil, Lille et Marseille] où l’amende a été testée pendant deux mois avant sa généralisation le 1er septembre. Lors de la première journée de généralisation de l’amende, il y a eu « 200 verbalisations », a ajouté le ministre.