150 ans en République : « La République parce qu’elle est indivisible n’admet aucune aventure séparatiste », dit Emmanuel Macron

SYMBOLES Emmanuel Macron célébrait ce vendredi 4 septembre les 150 ans de la proclamation de la République, en 1870, depuis le Panthéon, revivez la cérémonie avec nous

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Emmanuel Macron au Panthéon lors de la cérémonie pour l'entrée de Simone Veil, en 2018. (archives)
Emmanuel Macron au Panthéon lors de la cérémonie pour l'entrée de Simone Veil, en 2018. (archives) — HAMILTON-POOL/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Le 4 septembre 1870, au surlendemain de la capitulation de Napoléon II face aux armées prussiennes, Léon Gambetta et quelques autres députés proclament la République depuis le parvis de l’hôtel de ville de Paris.
  • Ce n’est là le début « que » de la troisième République sauf qu’à part les quatre années de l’Etat français (1940-1944) la France n’a plus changé de régime politique (elle a changé de constitutions, cependant).
  • Ce vendredi matin, Emmanuel Macron doit prononcer, en cet anniversaire symbolique quoique peu célébré d’habitude, « un discours de combat » pour défendre « les valeurs républicaines ».

A LIRE

 

Voilà, la cérémonie devait être courte, ce fut le cas. Emmanuel Macron a prononcé un discours très ferme : entre les devoirs et les droits du citoyen et de la citoyenne, il insiste beaucoup plus sur le premier élément. On reviendra bien sûr sur ce discours dans la journée. A très bientôt pour un prochain live sur 20 Minutes !

10h45 : La cérémonie est terminée

Il n'y a pas eu tant de retard que ça. 

10h41 : Parmi les cinq on trouve une Péruvienne, une Libanaise, un Britannique et une Camerounaise

(J’ai manqué l’origine de la première, veuillez m’en excuser.)

10h37 : Emmanuel Macron remet les livrets d’accueil dans la citoyenneté française aux cinq naturalisés et naturalisées du jour

10h36 : Le Chœur de l’Armée française interprète La Marseillaise

10h36 : « Ensemble nous pourrons continuer de dire longtemps vive la République et vive la France »

Et c’est terminé pour le discours.

10h35 : « Soyons tous rassemblés (…) être Français n’est jamais seulement une identité, cette une citoyenneté. Ce sont des droits qui vont avec mais ce sont aussi des devoirs : une adhésion à ses valeurs, à une histoire, à une exigence »

10h33 : Macron demande aux cinq naturalisés de reprendre le flambeau de la République

10h32 : « La République c’est une transmission et la République c’est une volonté, jamais achevée, toujours à reconquérir »

10h31 : « Maîtriser notre langue c’est toucher l’âme de la nation, une forme d’éternel français. La France est un des rares pays a été comme créé, engendré par la langue. »

Il rappelle l’ordonnance de Villers-Cotterêts de François Ier qui impose le français.

10h29 : Macron défend qu’il faut aimer l’histoire, la culture Française en bloc

« C’est pour cela qu’on ne déboulonne pas de statues. »

10h28 : « Le partage d’un commun est décisif (…) un destin commun. »

10h27 : Vous ne l’avez peut-être pas vu mais on est passé à la fraternité

« Elle ne peut vivre, perdurer que si jamais reconnaît l’autre que comme digne d’être aimé. »

10h27 : « Force à la loi, jamais à l’arbitraire. Ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre, aux élus, ne passeront pas »

10h25 : « L’égalité devant la loi implique que les règles de la république sont toujours supérieures aux règles particulières »

« La République parce qu’elle est indivisible n’admet aucune aventure séparatiste », il rappelle la prochaine loi contre « les séparatismes ».

10h24 : « Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal » (d’égalité)

« L’Egalité des chances n’est pas encore effective aujourd’hui dans notre République. »

10h23 : « Etre Français c’est reconnaître en chaque femme, en chaque homme, une même dignité. Etre Français c’est aimer la justice »

10h22 : « La liberté dans notre République est un bloc. La liberté de choisir ses dirigeants. (…) La liberté de conscience et en particulier la laïcité. (…) Pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’à la liberté de blasphème. »

10h22 : « Des devoirs et des droits, mais toujours des devoirs d’abord », dit le président

On peut imaginer que ça va faire causer.

10h21 : « Devenir Français c’est accepter d’être plus qu’un individu poursuivant ses intérêts propres, un citoyen »

10h19 : Il cite Gisèle Halimi, née en Tunisie sous la colonisation française, devenue députée en 1981

Il annonce un hommage prochainement aux Invalides pour cette décédée cet été. Il cite aussi le premier résistant d’Afrique après le 18 juin 1940, Félix Eboué.

10h18 : Macron rappelle qu’il y a eu « d’autres » Gambetta, c’est-à-dire d’autres immigrés et immigrées qui ont apportés à la République

Il cite Marie Curie et Joséphine Baker.

10h17 : Emmanuel Macron rappelle les circonstances de la proclamation de 1870

« Léon Gambetta était comme vous, un fils d’immigré, récent naturalisé. Français de sang-mêlé. C’est lui pourtant qui ressuscita la République. »

10h16 : Le président commence en s’adressant aux cinq personnes qui vont devenir françaises lors de cette cérémonie

10h15 : Emmanuel Macron commence son discours, dans le Panthéon

10h14 : Une jeune fille lit la proclamation de la République

« Le peuple a devancé la Chambre qui hésitait. Pour sauver la Patrie en danger, il a demandé la République : elle est proclamée, et cette révolution est faite au nom du droit et du salut public. Citoyens, veillez sur la cité qui vous est confiée ; demain, vous serez avec l’armée des vengeurs de la Patrie. »

10h11 : Emmanuel Macron salue la maire de Paris, Anne Hidalgo, la maire du 5e, Florence Berthout, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, sa ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, le député LREM de la circonscription, Gilles Le Gendre et le préfet de police de Paris, Didier Lallemant.

10h10 : Emmanuel Macron arrive au Panthéon

10h06 : Gambetta l’homme du jour

On le note beaucoup depuis ce matin, l’homme clef de cette proclamation de 1870, c’est Léon Gambetta, un avocat, fils d’immigré italien naturalisé à 21 ans (la majorité à l’époque), né à Cahors (Lot). Il était alors député républicain sous la Second empire. Il était élu du quartier populaire de Belleville (un quartier vraiment formidable) dans l’est de Paris. Son programme de Belleville, pour les élections de 1869, est resté célèbre.

10h02 : On est déjà en retard !

9h59 : Une date contestée

Certes, le 4 septembre 1870 il y a bien eu proclamation d’une République, mais c’est seulement la troisième fois depuis la Révolution de 1789. La première, en 1792, fêtera son anniversaire dans quelques jours seulement. Du coup, le choix de 1870 est contesté, on verra si Emmanuel Macron justifie son choix dans son discours.

 

9h55 : Demandez le programme

La cérémonie commence normalement à 10h00. Doit suivre une lecture du texte de la proclamation de la République puis, à 10h10, le discours du président. Il ne doit durer qu’un quart d’heure (ce dont ma collègue du service politique doute). Ensuite, théoriquement à 10h25, Marseillaise par le Chœur de l’Armée française. A 10h30 doit avoir lieu la « remise des livrets d’accueil dans la nationalité française, par le président de la République, à cinq nouveaux citoyens français en présence de leurs familles ».

9h46 : Quels enjeux ?

Ma collègue du service publique de 20 Minutes, Laure Cometti, vous explique pourquoi ce discours est attendu.

 

9h37 : Rendez-vous au Panthéon

La République a été proclamée à l’hôtel de ville de Paris le 4 septembre 1870, mais c’est au Panthéon, de l’autre côté de la Seine, dans le 5e arrondissement,

Bonjour à tous et bonjour à toutes ! Vous ne savez peut-être pas mais la République a aujourd’hui 150 ans. Le 4 septembre 1870 la République est proclamée pour la troisième fois, certes, mais contrairement à 1792 et 1848, le régime sera cette fois durable. La France a en effet vécu en République 146 des 150 ans dernières années. Pas mal après les mille régimes différents connus par le pays entre 1789 et 1870. C’est cette date symbolique qu’Emmanuel Macron veut célébrer aujourd’hui, on va suivre la cérémonie en direct !