20 Minutes : Actualités et infos en direct
SYMBOLES150 ans en République : « La République parce qu’elle est indivisible n’admet aucune aventure séparatiste », dit Emmanuel Macron
live

Terminé

150 ans en République : « La République parce qu’elle est indivisible n’admet aucune aventure séparatiste », dit Emmanuel Macron

SYMBOLESEmmanuel Macron célébrait ce vendredi 4 septembre les 150 ans de la proclamation de la République, en 1870, depuis le Panthéon, revivez la cérémonie avec nous
Emmanuel Macron au Panthéon lors de la cérémonie pour l'entrée de Simone Veil, en 2018. (archives)
Emmanuel Macron au Panthéon lors de la cérémonie pour l'entrée de Simone Veil, en 2018. (archives) - HAMILTON-POOL/SIPA / SIPA
Rachel Garrat-Valcarcel

Rachel Garrat-Valcarcel

L’ESSENTIEL

  • Le 4 septembre 1870, au surlendemain de la capitulation de Napoléon II face aux armées prussiennes, Léon Gambetta et quelques autres députés proclament la République depuis le parvis de l’hôtel de ville de Paris.
  • Ce n’est là le début « que » de la troisième République sauf qu’à part les quatre années de l’Etat français (1940-1944) la France n’a plus changé de régime politique (elle a changé de constitutions, cependant).
  • Ce vendredi matin, Emmanuel Macron doit prononcer, en cet anniversaire symbolique quoique peu célébré d’habitude, « un discours de combat » pour défendre « les valeurs républicaines ».

A LIRE

Voilà, la cérémonie devait être courte, ce fut le cas. Emmanuel Macron a prononcé un discours très ferme : entre les devoirs et les droits du citoyen et de la citoyenne, il insiste beaucoup plus sur le premier élément. On reviendra bien sûr sur ce discours dans la journée. A très bientôt pour un prochain live sur 20 Minutes!

10h45

La cérémonie est terminée

Il n'y a pas eu tant de retard que ça.

10h41

Parmi les cinq on trouve une Péruvienne, une Libanaise, un Britannique et une Camerounaise

(J’ai manqué l’origine de la première, veuillez m’en excuser.)

10h37

Emmanuel Macron remet les livrets d’accueil dans la citoyenneté française aux cinq naturalisés et naturalisées du jour

10h36

Le Chœur de l’Armée française interprète La Marseillaise

10h36

« Ensemble nous pourrons continuer de dire longtemps vive la République et vive la France »

Et c’est terminé pour le discours.

10h35

« Soyons tous rassemblés (…) être Français n’est jamais seulement une identité, cette une citoyenneté. Ce sont des droits qui vont avec mais ce sont aussi des devoirs : une adhésion à ses valeurs, à une histoire, à une exigence »

10h33

Macron demande aux cinq naturalisés de reprendre le flambeau de la République

10h32

« La République c’est une transmission et la République c’est une volonté, jamais achevée, toujours à reconquérir »

10h31

« Maîtriser notre langue c’est toucher l’âme de la nation, une forme d’éternel français. La France est un des rares pays a été comme créé, engendré par la langue. »

Il rappelle l’ordonnance de Villers-Cotterêts de François Ier qui impose le français.

10h29

Macron défend qu’il faut aimer l’histoire, la culture Française en bloc

«C’est pour cela qu’on ne déboulonne pas de statues. »

10h28

« Le partage d’un commun est décisif (…) un destin commun. »

10h27

Vous ne l’avez peut-être pas vu mais on est passé à la fraternité

«Elle ne peut vivre, perdurer que si jamais reconnaît l’autre que comme digne d’être aimé. »

10h27

« Force à la loi, jamais à l’arbitraire. Ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre, aux élus, ne passeront pas »

10h25

« L’égalité devant la loi implique que les règles de la république sont toujours supérieures aux règles particulières »

«La République parce qu’elle est indivisible n’admet aucune aventure séparatiste », il rappelle la prochaine loi contre « les séparatismes ».

10h24

« Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal » (d’égalité)

«L’Egalité des chances n’est pas encore effective aujourd’hui dans notre République. »

10h23

« Etre Français c’est reconnaître en chaque femme, en chaque homme, une même dignité. Etre Français c’est aimer la justice »

10h22

« La liberté dans notre République est un bloc. La liberté de choisir ses dirigeants. (…) La liberté de conscience et en particulier la laïcité. (…) Pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’à la liberté de blasphème. »

10h22

« Des devoirs et des droits, mais toujours des devoirs d’abord », dit le président

On peut imaginer que ça va faire causer.

10h21

« Devenir Français c’est accepter d’être plus qu’un individu poursuivant ses intérêts propres, un citoyen »

Sujets liés