Plan de relance : L’effet sur la dette « presque entièrement résorbé à partir de 2025 », prévoit Castex

ECONOMIE La crise provoquée par l’épidémie de Covid-19 va faire bondir la dette publique à près de 121 % du PIB cette année

20 Minutes avec AFP
— 
Plan de relance: Combien l'Etat va-t-il débourser pour «sauver» la France ? — 20 Minutes

Un plan de relance de  100 milliards sur deux ans, mais quel impact sur la dette française ? Lors de la présentation du plan ce jeudi, Jean Castex s’est voulu rassurant : « On en attend un très rapide retour sur investissement. S’il atteint son objectif de réactivation de l’activité, son impact sur notre ratio de dette sera presque entièrement résorbé à partir de 2025 », a assuré le Premier ministre.

La crise provoquée par l’épidémie de coronavirus va faire bondir la dette publique à près de 121 % du PIB cette année. Avec ce plan, le gouvernement entend préparer la France de 2030 et aller au-delà du seul rebond de l’économie durement frappée par la crise liée à l’épidémie.

« Une priorité absolue », l’emploi

« La France a tenu mais elle est incontestablement affaiblie », a souligné le chef du gouvernement lors d’un plan d’une « ambition et d’une ampleur historique ».

Baptisé « France relance », il devrait avoir un « effet d’entraînement sur le reste de l’économie », et « produira des effets concrets et perceptibles pour le plus grand nombre », a promis Jean Castex, avec une « priorité absolue », l’emploi, alors que 800.000 suppressions sont attendues en 2020. Le Premier ministre vise un objectif « ambitieux mais à notre portée » : retrouver en 2022 le « niveau de richesse d’avant la crise ».

Pas perdre de temps

L’exécutif promet une exécution sans perte de temps, à moins de deux ans de l’élection présidentielle, avec un comité de pilotage, présidé par le Premier ministre, pour vérifier l’allocation des fonds et les redistribuer si certains projets prennent du retard.

Après les 460 milliards d’euros de soutien d’urgence mobilisés depuis le début de la crise, le plan de relance est un plan d’investissement sur le moyen terme, autour de trois priorités : la transition écologique, la compétitivité des entreprises et la cohésion sociale, défend Matignon.