La députée Danièle Obono porte plainte contre « Valeurs actuelles »

RACISME La députée insoumise est décrite sous les traits d’une esclave dans un texte de fiction publié par l’hebdomadaire d’extrême droite

R. G.-V.

— 

Danièle Obono est députée de Paris depuis juin 2017.
Danièle Obono est députée de Paris depuis juin 2017. — Alain ROBERT/SIPA

Danièle Obonoaffirme avoir déposé plainte contre l’hebdomadaire Valeurs actuelles. Le journal d’extrême droite a publié la semaine dernière un texte de fiction où la députée de La France insoumise est présentée comme une esclave, dans le contexte de la traite négrière au XVIIIe siècle en Afrique. Le texte est accompagné d’illustrations où la parlementaire de La France insoumise est grimée en esclave.

Une enquête préliminaire avait déjà été ouverte pour « injures à caractère raciste » après la publication jeudi dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles de cette « politique-fiction », avait annoncé lundi le procureur de Paris, Rémy Heitz. Danièle Obono, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV, ce matin, y va donc de sa plainte aussi. « Après y avoir réfléchi avec mes camarades et mes avocats, j’ai décidé de porter plainte. Je crois qu’à travers moi c’est les millions de citoyens et de citoyennes que je représente qui ont été attaqués, insultés », a dit la députée de Paris.

« La France, tu l’aimes ou tu la quittes »

Dans un communiqué, Danièle Obono a précisé la raison de sa plainte : « Le texte publié m’adresse un message sans équivoque que l’on peut résumer ainsi : "Tais-toi ou rentre chez toi." Il fait de moi, au fond, une étrangère à la France. C’est un message récurrent adressé aux immigré·es, à leurs enfants, à leurs petits-enfants : "La France, tu l’aimes ou tu la quittes". »

Il s’agira notamment de trouver qui est l’auteur ou l’autrice de ce texte, puisqu’il a été signé sous pseudo. « J’espère que le procureur mènera une enquête et à ce qu’on sache qui est l’auteur », a ajouté Danièle Obono devant Jean-Jacques Bourdin.