Gouvernement : Castex reste populaire, l'impopularité de Macron décroît

SONDAGE C’est du moins les enseignements du dernier sondage BVA publié ce vendredi

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron et Jean Castex à Paris le 14 juillet 2020.
Emmanuel Macron et Jean Castex à Paris le 14 juillet 2020. — Jacques Witt/SIPA

Une majorité de Français (55%) a toujours une bonne opinion du Premier ministre Jean Castex, et la popularité du président Emmanuel Macron progresse (44%, +5 points) même s'il reste impopulaire auprès de 55% des Français (-6 points), selon un sondage BVA publié vendredi.

Macron de moins en moins populaire chez les sympathisants PS et LREM

Les Français sont une minorité (44%) à avoir une bonne opinion d'Emmanuel Macron, mais cette popularité progresse de 5 points, surtout parmi les sympathisants LR (+22 points à 57%), tandis qu'elle chute auprès des sympathisants PS (27%, -15 points), selon cette étude réalisée pour Orange et RTL.

Les bonnes opinions à l'égard du chef de l'Etat s'effritent auprès des sympathisants de son parti LREM (96%, -2 points). Le chef de l'Etat «semble continuer à engranger les bénéfices du remaniement et de la nomination de Jean Castex (à la tête du gouvernement) auprès de ses soutiens» , avance l'institut. En outre sa visite à Beyrouth début août «lui aura sans doute permis de regagner un certain crédit».

Quelque 55% des Français ont une bonne opinion du chef du gouvernement Jean Castex (-1 point), et 43% (+1 point) une mauvaise opinion.

Jean Castex a la côte chez les LREM

La popularité de Jean Castex progresse surtout à droite chez les sympathisants LR (80%, +11 points) ainsi que chez LREM (92%, +2 points), mais dégringole chez ceux du PS (38%, -18 points) --même si elle avance de 4 points chez les sympathisants de gauche hors PS--, et baisse chez ceux du RN (35%, -9 points).

Interrogés pour savoir s'ils se sentent en insécurité, les Français sont 70% à répondre «souvent» ou «de temps en temps» (+25 points par rapport à février 2018) et 30% à dire qu'ils se sentent «rarement» ou «jamais» en insécurité.

Enquête réalisée les 26 et 27 août par internet auprès d'un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, avec une marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.