Adrien Quatennens (LFI) appelle le gouvernement à muscler son plan de relance

INSOUMIS Ce dimanche, lors des « Amphis d’été » de son parti, Adrien Quatennens a dénoncé un « effet d’affichage » de ce plan qui vise à relancer l’économie…

20 Minutes avec AFP

— 

Adrien Quatennens à l'université d'été 2020 de LFI à Châteauneuf-sur-Isère;
Adrien Quatennens à l'université d'été 2020 de LFI à Châteauneuf-sur-Isère; — AFP

Le coordinateur de La France insoumise Adrien Quatennens a appelé le gouvernement à « muscler » son plan de relance, dont la présentation vient d’être repoussée d’une semaine, en déplorant un « effet d’affichage » sur les 100 milliards d’enveloppe globale, dimanche sur Europe1.

« On se demande si c’est un report pour convenance personnelle, si c’est lié à la crise sanitaire ou si le gouvernement a l’intention de muscler davantage ce plan de relance, ce que j’appelle de mes vœux », a affirmé le N.2 de LFI, peu avant un discours de Jean-Luc Mélenchon à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme) en clôture des « Amphis d’été » du parti.

Un plan repoussé début septembre

Le gouvernement a annoncé samedi que la présentation du plan de 100 milliards d’euros, prévue le mardi 25 août, était repoussée à « la première semaine de septembre », l’exécutif voulant consacrer toutes ses forces à la mise en place des nouvelles mesures anti-Covid. Adrien Quatennens a dénoncé un « effet d’affichage » de ce plan qui vise à relancer l’économie, car « dans les 100 milliards il y a déjà plusieurs dizaines de milliards qui ont d’ores et déjà été dépensés dans les précédents plans de finance rectificatifs ». « C’est un plan de relance sans politique de relance, il n’y a rien pour soutenir la consommation populaire et la demande des ménages » et « rien pour mettre à contribution celles et ceux qui ont le plus », a-t-il déploré.

« En revanche, il y a la sempiternelle vision d’Emmanuel Macron selon laquelle il suffirait de catapulter des aides publiques sur les entreprises sans en demander de contreparties sociales et environnementales pour que magiquement l’activité de du pays se relance », a-t-il ajouté, en parlant d'« une impasse totale, un logiciel qui est périmé ».