Accusation de viol: Gérald Darmanin estime être « la victime »

DEFENSE « C’est moi dont on salit le nom. C’est à moi qu’on prête des comportements que je n’ai jamais eus », a estimé le ministre de l’Intérieur dans un entretien au Point

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin sortant d'une réunion à Matignon le 30 juillet 2020.
Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin sortant d'une réunion à Matignon le 30 juillet 2020. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Gérald Darmanin veut en finir avec cette histoire. Il faut dire que la plainte pour viol déposée contre lui l’empêche de travailler sereinement à son nouveau poste à la tête du ministère de l’Intérieur. Objet de la colère des féministes, le ministre a donc relancé l’offensive médiatique en estimant qu’il était la « principale victime » de ce qu’il qualifie une « calomnie ».

« C’est difficile à vivre »

« C’est moi dont on salit le nom. C’est à moi qu’on prête des comportements que je n’ai jamais eus », a déclaré Gérald Darmanin dans un entretien au Point, mis en ligne mercredi. « C’est difficile à vivre. Mais je n’ai pas le droit de me plaindre », a toutefois tempéré l’ancien ministre des Comptes publics, probablement soucieux de ne pas engendrer de nouvelles critiques avec ces propos.

Afin de lever les soupçons, le ministre a répété une nouvelle fois dans cet entretien qu’il est « à la disposition de la justice ». Il a en outre suggéré que cette affaire est un « passage initiatique pour ceux qui dérangent quand on fait de la politique nationale ».