Hauts-de-Seine : La Sorbonne annule la thèse de droit d'un avocat et élu de Courbevoie

RECHERCHE Arash Derambarsh, conseiller municipal de Courbevoie, a vu sa thèse de droit invalidée par l’université parisienne

L.C.

— 

Arash Derambarsh en 2015.
Arash Derambarsh en 2015. — BERTRAND GUAY / AFP

Arash Derambarsh a-t-il eu recours à des copier-coller, entachant de plagiat sa thèse de droit, soutenue avec succès en décembre 2015 à la Sorbonne ? Oui, selon la section disciplinaire du conseil académique de l’université Paris-I – Panthéon-Sorbonne, qui a, fait très rare, – choisi d’annuler le diplôme de ce conseiller municipal divers droite de Courbevoie (Hauts-de-Seine). L’instance a rendu sa décision le 21 juillet dernier, comme le rapporte ce lundi le journal Le Monde, qui a eu accès à ce document.

Avocat et élu au conseil municipal de Courbevoie en 2014, Arash Derambarsh a annoncé au Monde sa volonté de faire appel de cette décision qu’il conteste.

Accusation de plagiat

Après avoir mené son enquête, la section disciplinaire de l’université indique qu’elle a annulé la thèse de l’ancien étudiant et lui a retiré son diplôme. Elle estime que le manuscrit (…) est quasi intégralement composé d’un assemblage de textes (…) recopiés selon un ou plusieurs des procédés plagiaires visant à faire accroire au lecteur que M. Derambarsh en est l’auteur ».

Cette thèse de droit portant sur les fichiers policiers, intitulée « Fichier de police, un encadrement légal et sociétal dans un environnement controversé », avait permis à Arash Derambarsh de devenir avocat. La Sorbonne a aussi prononcé une exclusion définitive de l’auteur de tout établissement public d’enseignement supérieur. « Cette affaire est terrible, il y aura un avant et un après, elle aura bien sûr des conséquences », a déclaré au Monde Georges Haddad, président de l’université Paris-I. « C’est l’honneur de l’université qui est en jeu, la qualité de ses diplômes, encore plus au niveau du doctorat, le diplôme absolu ».

Arash Derambarsh va faire appel

Auprès du Monde, l’intéressé se défend de tout plagiat. « A aucun moment, je ne récupère une idée de quelqu’un d’autre. Par contre, c’est vrai, il y a un problème de forme, les citations ne sont pas mises au bon endroit ». Son avocat Yassine Bouzrou, regrette le non-respect « des droits fondamentaux » de son client et assure que la Sorbonne n’a pas pris en compte « les témoignages qui ont été fournis afin d’attester de sa bonne foi ».

Arash Derambarsh est conseiller municipal et adjoint chargé du développement durable à Courbevoie. Auteur du livre Tomber 9 fois, se relever 10. Echec scolaire : ne jamais lâcher (Le Cherche Midi, 2019), il s’est engagé dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, un combat qui lui a valu d’être médiatisé. En tant qu’avocat, il a également défendu le chroniqueur de télévisions Pierre Ménès ou le chanteur anglais Pete Doherty.

Selon Le Monde, Yassine Bouzrou a indiqué que son client n’a pour l’instant pas été convoqué par le conseil de l’ordre et qu’il est toujours en mesure d’exercer son métier d’avocat.

Japon: démission du gouverneur de Tokyo mis en cause dans un scandale financier