Gouvernement Castex : Les associations déçues de l'absence d'un secrétariat d'Etat à la Condition animale

BIEN-ETRE ANIMAL Une pétition réclamant un portefeuille ministériel dédié à la cause animale avait pourtant recueilli plus de 102.000 signatures

A.B.

— 

Un chien recueilli dans un refuge de la Ligue protectrice des animaux, à Roubaix.
Un chien recueilli dans un refuge de la Ligue protectrice des animaux, à Roubaix. — M.LIBERT/20 MINUTES/SIPA

On ne l’attendait (presque) plus, la liste des secrétariats d’Etat a enfin été dévoilée ce dimanche. Certains sont reconduits, et quelques petits nouveaux, majoritairement des députés marcheurs ou MoDem, font leur entrée au gouvernement de Jean Castex.

Mais cette annonce fait de nombreux déçus : il n’y aura pas de secrétaire d’Etat à la défense animale, comme l’espéraient beaucoup d’associations et les plus de 102.000 signataires de la pétition qui réclamaient la création d’un « ministère ou un secrétariat d’Etat en faveur des animaux ».

Une « occasion manquée »

L’idée avait pourtant émergé dans les rangs mêmes de la majorité présidentielle, puisqu’elle figurait dans le rapport sur la protection animale remis fin juin par le député marcheur Loïc Dombreval. Le député LREM des Alpes-Maritimes avait durant six mois auditionné près de 200 personnes pour rendre un rapport de 312 pages et 121 recommandations. « La protection animale n’est pas incarnée politiquement », confiait-il alors, suggérant de « créer une sorte de défenseur des droits ou un secrétariat d’Etat dédié à la condition animale, voire un délégué interministériel ».

Mais aucune suite n’a été donnée à cette proposition, au grand dam des associations de défense des animaux​. « La déception est grande de constater que le secrétariat d’État à la Condition Animale figure parmi les grands absents », regrette l’association Ethics for animals dans un communiqué, qui relève une « occasion manquée », soulignant que ce secrétariat d’Etat était « attendu depuis des années ». « Tout le secteur de la protection animale avait espéré que le Gouvernement prenne en considération la préoccupation grandissante des Français pour la cause animale », poursuit l’association, pointant une « véritable urgence à soutenir ce secteur ».

Une déception partagée par l’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), qui y voit « une honte ». « Ce gouvernement se coupe un peu plus de la population en matière de souffrance animale », a réagi l’association. « Notre ministre voit les animaux comme des matières premières ou des objets de divertissement, pas comme des êtres sensibles » ajoute-t-elle dans un communiqué.

Un secrétariat d’Etat à la biodiversité

Faute d’un ministre ou secrétaire d’Etat à la Défense animale, le gouvernement compte désormais une secrétaire d’Etat à la Biodiversité, la députée Bérangère Abba, rattachée au ministère de la Transition écologique.

Sur Twitter, elle s’est dite « heureuse et fière » de pouvoir œuvrer « pour la préservation du vivant, la protection de la nature et de l’environnement ».

Du côté de L214, qui dénonce régulièrement en vidéo les conditions d’abattage des animaux, l’aigreur est la même. L’association regrette qu’il n’y ait « pas de secrétariat d’État à la #ConditionAnimale… Est-ce que la préservation du vivant concernera tous les animaux ? », dans un message posté sur Twitter.