Ouïghours internés en Chine : Une « pratique révoltante et inacceptable », estime Bruno Le Maire

MONDE Le ministre français de l’Economie s’est par ailleurs défendu de toute « discrimination » à l’encontre du géant chinois des télécoms Huawei

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 15 juillet 2020, au sortir du Conseil des ministres.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 15 juillet 2020, au sortir du Conseil des ministres. — Alfonso Jimenez//SIPA

L’internement par Pékin d'Ouïghours, une minorité musulmane et turcophone de l’ouest de la  Chine , est une pratique « révoltante et inacceptable, et nous la condamnons fermement », a déclaré ce mardi le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire, sur France Info.

Cette question « doit évidemment faire partie de la discussion que nous avons avec nos partenaires chinois », a ajouté le ministre, qui ne s’est pas prononcé sur l’existence d’éventuelles importations en France de masques qui seraient fabriqués dans des centres d’internement forcé en Chine.

Washington, tout comme d’autres capitales occidentales ainsi que des organisations de défense des droits humains, accuse la Chine d’avoir interné dans la région du Xinjiang au moins un million de musulmans. La Chine dément ce chiffre et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi afin de l’éloigner de la tentation de l’extrémisme islamiste.

Pas d’interdiction globale de la 5G de Huawei

Les Etats-Unis ont annoncé ce lundi placer onze entreprises chinoises sur une liste noire – ce qui limite leur accès à des technologies et produits américains –, parce qu’elles sont « impliquées dans des violations des droits de l’Homme » liées à une « campagne de répression, d’incarcération de masse, de travail forcé, de collecte involontaire de données biométriques et d’analyses génétiques » visant les Ouïghours, selon le département américain du Commerce.

De son côté, le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a accusé dimanche la Chine de commettre des « atteintes graves, choquantes aux droits de l’Homme » à l’encontre de cette minorité.

Par ailleurs, sur l’accès au marché français de la 5G, Bruno Le Maire a estimé que « nous n’interdisons pas à Huawei d’investir sur la 5G. Nous protégeons nos intérêts de sécurité nationale » : les opérateurs français l’utilisant recevront des autorisations limitées dans le temps. « Il n’y a pas en France de discrimination à l’encontre de quelque opérateur que ce soit. D’ailleurs Huawei a aujourd’hui quasiment 30 % du marché de la 4G », a rappelé le ministre. « Pas d’interdiction globale de Huawei en France, mais la défense de nos intérêts de sécurité nationale », a-t-il résumé.

« On peut renforcer sa coopération économique et financière comme nous le faisons et tenir un discours très clair sur les questions politiques », a estimé Bruno Le Maire lors d’un point de presse téléphonique avec plusieurs journalistes.

La relation entre la France et l’UE d’une part, la Chine de l’autre, consiste « à parler avec beaucoup de fermeté d’un certain nombre de sujets » et dans le même temps à « développer nos relations économiques et financières. Je pense que les deux ne sont pas du tout contradictoires », a-t-il ajouté alors que la France a obtenu un meilleur accès au marché chinois pour certains produits de l’élevage et quelques grands acteurs du secteur financier.