« Pas d’élan », « l’homme de la situation »… Comment les députés ont réagi au discours de Jean Castex ?

POLITIQUE GENERALE Pendant une heure, le Premier ministre a décliné les priorités du gouvernement devant les députés, qui n'ont pas tardé à critiquer son intervention

O. G. avec AFP

— 

Jean Castex lors de son discours de programmation générale mercredi 15 juillet 2020.
Jean Castex lors de son discours de programmation générale mercredi 15 juillet 2020. — Jacques Witt/SIPA

« C’est creux », « discours de chef-lieu de canton », lui reproche l’opposition, pendant que la majorité lui manifeste crescendo son soutien : pendant une heure, Jean Castex décline son discours de politique générale devant une Assemblée partagée entre calme, applaudissements et agacements.

Jean Castex a déroulé son programme à la tête du gouvernement pendant une heure ce mercredi après-midi devant les députés. Sécurité, relance, écologie, santé, territoires… Le Premier ministre a insisté sur certains dossiers qui lui tiennent à cœur. Certains députés ont réagi à chaud.

  • Nicolas Dupont-Aignan, député et président de Debout la France : « Le Premier ministre Jean Castex a enfoncé des portes ouvertes ! Des belles paroles qui ne seront malheureusement pas suivies d’effets, car ni lui ni Emmanuel Macron n’osent s’attaquer aux causes de la crise économique et de l’insécurité qui menacent le pays »
  • Gilbert Collard, eurodéputé RN : « Du bon sens au sens contraire, comment le croire quand il déclare une juste guerre « à l’islamisme radical » devant un ministre de la Justice qui a dit : "C’est un honneur de défendre Merah" ! »
  • Philippe Gosselin, député LR : « On reste sur sa faim. Il n’y avait pas l’élan qu’on pouvait espérer avoir et tout cela paraît relativement convenu. Je note quand même quelques compléments, quelques rattrapages par rapport à ce que n’a pas dit le président de la République hier. Il y a enfin un mot sur les forces de l’ordre. Enfin un mot sur les incivilités ».
  • André Chassaigne, député PCF : « Le sentiment qu’on a aujourd’hui un Parlement qui est humilié et qui ne sert pas à grand-chose. On ne touche pas au système. (…) Aujourd’hui, chichement, c’est le simple prolongement de la politique conduite depuis plusieurs années, c’est d’une pauvreté ahurissante »
  • Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée LREM : « Il a beaucoup insisté sur les partenaires sociaux, c’est un homme du dialogue social. Ses propos sur l’intendance qui n’a jamais suivi m’ont plu. C’est ce qu’on nous dit sur le terrain. Ça peut être l’homme de la situation, il est à la fois homme de la ruralité, du territoire et haut fonctionnaire. Dans son plan de relance, il y avait les trois chapeaux, économie, écologie et social ».
  • Adrien Quatennens, député LFI, s’est agacé sur Twitter : « En dix ans, les dividendes ont augmenté de 70 %, le SMIC de seulement 12 %. Castex veut "inviter" les entreprises à la modération sur les dividendes. Il va leur faire un carton d’invitation ? Et c’est le même Castex qui parle de "règne de l’impuissance". L’ère des courants d’air ! »