Remaniement ministériel : Castex annonce une revalorisation de 100 euros «de façon exceptionnelle de l'allocation de rentrée scolaire»

LIVE 16h09 : Ce live est maintenant terminé Nous vous remercions de l’avoir suivi avec nous.

O. G. avec AFP

— 

Le Premier ministre Jean Castex, lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex, lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020. — AFP

L’ESSENTIEL

  • Après l’intervention d’Emmanuel Macron, le Premier ministre trace mercredi après-midi devant l’Assemblée nationale la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois, sur fond de crise sanitaire et économique.
  • Rendez-vous à 15 heures devant les députés, qui animeront un débat durant deux heures trente, puis voteront.
  • Le texte sera lu au même moment par un ministre devant le Sénat. Jean Castex viendra lui-même jeudi à 10 heures devant la chambre haute.

16h09 : Ce live est maintenant terminé

Nous vous remercions de l’avoir suivi avec nous.

16h01 : C’est fini

 

15h58 : Un gouvernement de combat avec une logique de concertation et de proximité

« Les défis sont immenses, mais j’ai confiance dans notre pays et dans les Français pour les relever ». Il parle d’esprit de conquête. Oui, notre pays doit être uni pour affronter les temps difficultés qu’il traverse. Je tends la main aux partenaires sociaux, aux citoyens pour qu’ils puissent s’impliquer dans l’œuvre de reconstruction. J’ai réuni un gouvernement de combat, de femmes et d’hommes plus déterminés que jamais, au plus près du terrain dans une logique de concertation et de proximité. Nous avons 600 jours devant nous. »

15h57 : Des juges de proximité pour les incivilités au quotidien

Castex promet une « réponse ferme » aux « minorités ultra-violentes » et à « la délinquance du quotidien ».

15h51 : « Lutter contre l’islamiste radical demeure d’une de nos préoccupations majeures »

Petit point sécurité. « Les violences commises à Dijon, l’attaque d’un conducteur à Bayonne, les trafics en bas des cages d’escalier, l’insécurité au quotidien, sont inacceptables et appellent une réponse de l’Etat ferme et sans complaisance. »

Le Premier ministre Jean Castex a affirmé mercredi que « lutter contre l’islamisme radical sous toutes ses formes est et demeure l’une de nos préoccupations majeures », lors de sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.

« La République, c’est la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société. Aucune religion, aucun courant de pensée, aucun groupe constitué ne peut s’approprier l’espace public et s’en prendre aux lois de la République », a déclaré le chef du gouvernement.

« Il n’est pas davantage acceptable que des violences soient pratiquées sur des citoyens en raison de leur orientation sexuelle, leur couleur de peau. Toutes ces formes de discriminations seront combattues avec la dernière énergie. Un projet de loi contre les séparatismes sera présenté à la rentrée pour éviter que certains groupes se referment sur leurs convictions politiques ou religieuses. » S’ensuit un hommage aux forces de l’ordre et aux militaires. Il souhaite décharger les policiers de tâches administratives chronophages.

15h49 : « L’égalité des chances doit être non seulement un idéal, mais aussi une réalité »

Continuer les efforts sur l’école, donc aider les décrocheurs mais aussi l’école inclusive. « L’égalité des chances doit être non seulement un idéal, mais aussi une réalité. »

15h48 : Pas d’impôts supplémentaires

« Il n’est pas envisageable de demander un effort fiscal supplémentaire aux Français », insiste le Premier ministre.

15h46: Travaux sur la dépendance

«Cette avancée si souvent annoncée devra aboutir avant la fin du quinquennat.» Le déificit de la Sécu devrait atteindre 50 milliards d'euros à la fin de l'année après la crise Covid.

15h44 : Reprise de la concertation sur la retraite

« Il souhaite la disparition à terme des régimes spéciaux tout en prenant en compte la situation des bénéficiaires actuels de ces régimes. Il parle d’inquiétude et d’incompréhension. Je propose que la concertation reprenne afin d’améliorer le contenu comme la lisibilité de cette réforme en la distinguant de mesures financières. »

15h41 : 8 milliards d’euros pour la revalorisation des salaires de soignants et 6 milliards d’investissement dans la santé

« Notre système de santé a été rudement mis à l’épreuve et justifie un investissement inédit de la nation. Lundi, nous avons signé le Ségur de la Santé portant sur 8 milliards d’euros. Les femmes et les hommes accèdent enfin à une rémunération à la hauteur de leur investissement. S’y ajoutent 13 milliards de reprise de la dette. »

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé mercredi un plan d’investissement de six milliards d’euros dans le système de santé, venant s’ajouter aux 13 milliards d’euros de reprise de la dette hospitalière d’ores et déjà prévus par le gouvernement. Et 6 milliards d’investissement supplémentaires.

 

Il souhaite impliquer davantage les élus de terrain sur la gestion de la santé. « Il faut attirer davantage de médecins sur nos territoires. Il faut développer la télémédecine. »

15h38 : L’allocation de rentrée revalorisée de 100 euros

« Sérieux budgétaire tout en assumant cet investissement massif qui bénéficie d’un soutien exceptionnel de l’Union européenne que la France a su négocier. Dépenser en transformant, c’est de l’investissement pour l’avenir. »

« Nous ne retrouverons pas une unité sans une attention accrue aux plus vulnérables d’entre nous. Ils seront les plus affectés par la crise économique. Nous avons pris des mesures de soutien fortes : plan aide alimentaire d’urgence, aide aux jeunes… La solidarité doit continuer à jouer à plein pour éviter une crise sociale majeure. L’allocation de rentrée scolaire sera revalorisée de 100 euros dès septembre, le plan pauvreté sera amplifié en fonction de la conjoncture. »

15h36: Relance de la participation et de l'intéressement dans les entreprises

15h34 : Le contenu du plan de relance devra être concerté dans les prochaines semaines

Avec les collectivités territoriales et partenaires sociaux. « Nous veillerons à soutenir les secteurs les plus touchés par la crise, notamment le tourisme, le sport et la culture. C’est un enjeu économique, mais aussi sociétal et démocratique. »

15h30 : 20 milliards pour l’écologie

« La transition écologique interroge le quotidien de chacun de nos citoyens. Accompagner les Français avec la prime à la conversion, en structurant le marché de l’occasion et de la location de longue durée. Développer une alimentation accessible et locale. Promouvoir les circuits courts. Moratoire sur les projets de centres commerciaux dans les zones périphériques. Le plan de relance prévoira un montant important pour un plan vélo. Nous régulerons la publicité pour réduire l’incitation à la consommation des produits polluants. »

 

Le plan de relance consacrera « plus de 20 milliards d’euros » à la rénovation thermique des bâtiments, à la réduction des émissions et au soutien des « technologies vertes », a annoncé le Premier ministre Jean Castex mercredi devant l’Assemblée nationale.

« Le plan de relance proposera de mobiliser plus de 20 milliards d’euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire les émissions des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller », a détaillé le chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

15h27 : Une relance verte ?

Il veut miser sur le déploiement du très haut débit, la sauvegarde des petites lignes ferroviaires… Sur le plan de rénovation urbaine, il faut que d’ici la fin 2021 les travaux aient démarré dans 300 des 400 quartiers prioritaires. L’agenda rural sera également déployé.

« Ce gouvernement veut gagner la bataille pour le climat. Faire de l’économie française la plus décarbonée d’Europe. L’écologie n’est pas l’apanage d’une génération, des classes sociales, c’est notre affaire à tous. Elle doit être créatrice de richesse. Je crois à la croissance écologique, pas à la décroissance verte. » Un projet de loi spécifique doit être présenté à la concertation à l’automne.

15h24 : Réforme de l’Assurance chômage aménagée

Il annonce un aménagement de la réforme de l’Assurance chômage. Il faut transformer notre appareil productif. Notre industrie s’est affaiblie. Nous sommes trop dépendants de nos partenaires extérieurs. Nous consacrerons dans le cadre du plan de relance 40 milliards d’euros pour que cela change. Nous allégerons les impôts sur la production, développerons les technologies d’avenir, limiterons l’empreinte carbone. Notre souveraineté doit également se construire à l’échelle de l’Europe.

15h22 : Chômage partiel prolongé

Ce plan doit préserver l’emploi au travers des dispositifs de chômage partiel, encore 8 milliards l’année prochaine.

15h20 : Des mesures pour les jeunes

« La lutte contre le chômage sera la priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois. »

Pour lutter contre le décrochage : 300.000 parcours d’insertion et 100.000 places de plus en service civique.

Pour soutenir les étudiants, notamment les plus modestes. Dès la rentrée, les repas dans les RU seront à 1 euro pour les étudiants boursiers.

15h19 : 25 milliards d’euros pour la recherche publique

Le Premier ministre annonce une enveloppe pour la recherche publique : 25 milliards sur dix ans.

15h16 : « Nous devons nous appuyer sur les territoires »

« Traiter par le bas, cela change tout. La confiance revient, les résultats progressent, la nation se ressoude. Le droit à la différenciation doit passer par une loi organique. Il annonce une nouvelle étape de la décentralisation. Je m’étais fait le défenseur du couple maire-préfet de département. Notre intention est de rendre plus cohérente l’organisation territoriale de l’Etat en particulier au niveau du département. Toutes les créations d’emplois seront affectées sauf exception dans les administrations territoriales et non centrales. »

15h14 : « J’ai toujours cru aux vertus du dialogue social »

Une réunion aura lieu vendredi pour parler du plan de relance avec les partenaires sociaux.

15h10 : Plus d’Etat et de participation citoyenne

Il se présente comme maire de terrain depuis 12 ans. « C’est le règne de l’impuissance publique qui fait le lit du discrédit politique. L’erreur serait de penser qu’il faut remettre en cause l’Etat. La France, c’est celle des citoyens qui aspirent de plus en plus à participer à la chose publique. Nous devons en tenir compte. Nous allons le faire en transformant le Cese en conseil de la participation citoyenne. »

15h07 : Restaurer la confiance

Il parle de « la France qui se crispe, qui se sent abandonnée. Il y a beaucoup de France qui se sentent loin et laissée pour compte. Ce sera notre première ambition : réconcilier ces France, les souder ou les ressouder, faire qu’on s’écoute, qu’on se comprenne. Qu’on contribue à restaurer cette valeur cardinale : la confiance. Du peuple en ses élites, entre l’Etat et les corps intermédiaires, en l’avenir. »

15h05 : La crise économique est devant nous

« Nous en connaissons les risques. Les plans sociaux et faillites sont des réalités que nous connaissons déjà. Les crises ont ceci de singulier qu’elles jouent le rôle de révélateur. Celle que nous avons traversée a montré à quel point les Français ont des ressources. Quand la tempête souffle éclate les fragilités. La crise a mis en lumière nos difficultés et parfois nos défaillances y compris au sein de l’appareil d’Etat. »

15h03 : Hommage aussi à son prédécesseur

Il annonce une intensification de notre politique de dépistage. Il rend hommage au travail d’Edouard Philippe et de son gouvernement. Sous les applaudissements.

15h01 : Un hommage aux endeuillés et aux « premières lignes »

Après une rapide introduction de Richard Ferrand, la parole est au Premier ministre. « Je me présente devant vous dans un moment bien particulier de notre histoire, la France vient de subir l’une de nos crises sanitaires les plus graves qu’elle ait connue », explique Jean Castex. Une pensée pour les Français qui ont perdu un proche, pour tous ceux qui se sont battus sans relâche pour sauver des vies, protéger les plus vulnérables.

15h : Jean Castex arrive à l’Assemblée nationale

Roulement de tambours. Il arrive avec tout le cérémonial habituel.

14h55 : A gauche comme à droite, c’est non

La gauche ne va pas accorder mercredi sa confiance au gouvernement Castex. « Il n’y a aucun risque que je soutienne un gouvernement qui continue dans une forme de déni et qui ne comprend pas ce que vivent les Français », a déclaré le numéro un du PS Olivier Faure. Selon le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon, « Emmanuel Macron croit qu’il peut refaire en 600 jours ce qu’il a d’abord détruit » et « qu’il suffit de s’autoflageller pour le faire oublier ».

A droite aussi, ce sera un vote contre. « On ne peut pas faire confiance a priori à un gouvernement dont les trois quarts sont les mêmes, avec un chemin qui est inchangé », cingle le patron des députés LR Damien Abad.

14h53 : Un Premier ministre inconnu des Français

Jean Castex va jouer gros avec ce discours car il est peu connu du grand public et passe derrière un Edouard Philippe populaire ces derniers mois.

14h52 : Quel vote pour Jean Castex ?

Aura-t-il plus de soutien que son prédécesseur ou moins ? Pour rappel, Edouard Philippe avait recueilli 370 votes favorables en juillet 2017 pour sa première déclaration de politique générale, puis 363 en juin 2019 pour la seconde. Les votes contre avaient fortement progressé : de 67 à 163.

14h51 : On attend toujours le nom des secrétaires d’Etat…

Si les ministres sont nommés depuis plus d’une semaine, il reste quelques sièges vides. La fébrilité a donc gagné les rangs LREM et MoDem, dont devraient être issus certains secrétaires d’Etat, sans doute d’ici la fin de la semaine.

14h50 : Beaucoup d’attente dans les rangs des députés

Même du côté de la majorité, les députés demandent à être convaincus. Beaucoup pensaient pour les deux dernières années du quinquennat à une « réponse de centre gauche » après le départ d’Edouard Philippe de Matignon.

« Le groupe LREM est fortement en attente d’une plus grande association avec l’exécutif sur les priorités et les textes qui viendront », selon un député. Dans la matinée en réunion interne, plusieurs ont exprimé « à mi-mot » leur déception après l’intervention du chef de l’Etat, « sans grandes annonces », certains n’ayant pas « retrouvé » l’Emmanuel Macron du début du quinquennat, ont rapporté plusieurs participants à l’AFP.

14h47 : Des détails sur les annonces de Macron ?

Passant après le chef de l’Etat, qui s’est plié hier à l’interview du 14 juillet, le Premier ministre pourrait donner des détails sur les annonces de mardi : masque obligatoire dans les lieux clos à partir du 1er août, plan de relance industriel et écologique, priorité aux jeunes.

14h45 : Jean Castex est attendu à l’Assemblée dès 15h

Pour dérouler le plan de relance et la feuille de route du nouveau gouvernement pour les mois qui viennent. Et qui s’annoncent déjà compliqués, entre la crise sanitaire, économique et sociale.