Ce qu'il faut retenir de la première interview de Jean Castex comme Premier ministre

RECAP Sur TF1, il a anoncé vouloir « ouvrir des concertations » et fixera son cap « en milieu de semaine prochaine »

20 Minutes avec AFP

— 

Jean Castex sur TF1 le 3 juillet 2020.
Jean Castex sur TF1 le 3 juillet 2020. — Capture d'écran

C’était sa première grande apparition médiatique depuis sa nomination. Le nouveau Premier ministre Jean Castex a dit ce vendredi au 20H de TF1 vouloir « ouvrir des concertations » afin d’élaborer « un nouveau pacte social », dessinant ainsi une méthode qu’il précisera lors de sa déclaration de politique générale attendue « en milieu de semaine prochaine ».

Jean Castex, nommé quelques heures plus tôt en remplacement d’Edouard Philippe, a affirmé vouloir « aller vite pour désigner le gouvernement le plus vite possible ». Interrogé pour savoir si ce pourrait être avant lundi, il a répondu : « nous ferons tout pour ».

Concerter pour « associer le plus possible à la recherche de solutions »

« Avant de donner les solutions, je souhaite ouvrir des concertations, que l’on en discute avec la Nation, avec les partenaires sociaux, dans les territoires, avec tous les acteurs pour associer le plus possible à la recherche de solutions », a assuré Jean Castex dans sa première interview après son entrée à Matignon.

« Tout ne peut pas se décider depuis Paris. Je crois aux territoires, je crois à la confiance et aux valeurs de responsabilité », a-t-il insisté.

Un discours de politique générale au milieu de la semaine prochaine

« Je souhaite prononcer mon discours de politique générale au milieu de la semaine prochaine, l’objectif c’est d’être à pied d’œuvre le plus vite possible », a-t-il encore martelé, alors que les travaux parlementaires sont suspendus dans l’attente du nouveau gouvernement.

Les débats sur le troisième budget de crise n’ont pu se terminer vendredi et lundi devait démarrer à l’Assemblée la deuxième lecture du projet de loi de bioéthique, qui ouvre la PMA à toutes les femmes.

« L’écologie n’est pas une option »

Interrogé sur ses priorités, Jean Castex a assuré que « l’écologie n’est pas une option », alors que les Verts lui reprochent d’être « un homme de droite, qu’on n’a jamais entendu sur l’écologie ».

« Je crois qu’elle est désormais entrée dans toutes les têtes, elle transcende la classe politique », a-t-il souligné, alors que les dernières élections municipales ont été marquées par une percée verte dans les grandes villes.

Souveraineté économique et une France « plus économe »

Concernant le plan de relance économique, celui-ci « est en cours de préparation » et sera « présenté très rapidement ». Il reposera sur « des choix orientés qui permettent de reconstruire, de gagner en souveraineté économique, d’avoir une France plus économe du point de vue du respect de l’environnement », a affirmé Jean Castex.

Confiant avoir « ressenti une forte émotion » à l’annonce de sa nomination, Jean Castex a observé qu’on ne pouvait « pas se dérober quand il s’agit de servir son pays, particulièrement dans les circonstances actuelles ».

Interrogé sur ses valeurs, Jean Castex s’est présenté comme un « gaulliste social » et a notamment insisté sur la « laïcité ». « Je ne peux pas admettre certains comportements, certaines déviances, certains replis sur soi, certains communautarismes », a-t-il fait valoir. Sur sa personnalité, il a enfin glissé : « Je ne suis pas ici pour chercher la lumière, je suis ici pour chercher des résultats. »